Burkina : la Constitution sera modifiée, les élections pas «une priorité» selon le Capitaine Traoré

Les élections au Burkina Faso ne sont pas «une priorité» et la Constitution sera modifiée partiellement, a affirmé le capitaine Ibrahim Traoré vendredi soir lors d’une interview à la télévision nationale, près d’un an après son arrivée au pouvoir par un coup d’Etat.

«Ce n’est pas une priorité, ça je vous le dis clairement, c’est la sécurité qui est la priorité», dans ce pays miné par les violences jihadistes, a-t-il répondu aux journalistes à propos d’élections théoriquement prévues en juillet 2024.

Ibrahim Traoré a également annoncé une modification partielle de la Constitution.

«Les textes actuels ne nous permettent pas de pouvoir évoluer sereinement», a-t-il répondu aux journalistes à propos d’un éventuel changement de la loi fondamentale burkinabè.

«On va toucher à un volet» et faire une «modification partielle» de la Constitution, a-t-il dit, déplorant un texte qui reflète selon lui «l’avis d’une poignée de personnes éclairées», au détriment d’une «masse populaire».

Si les élections ne constituent pas «une priorité», il a néanmoins ajouté que «notre pari tient toujours» pour organiser un scrutin, sans préciser de date.

Le capitaine Ibrahim Traoré, à la tête du Burkina depuis le 30 septembre 2022, dit avoir déclaré «le premier jour» de sa prise de pouvoir vouloir «faire le minimum de temps possible dans cette lutte».

«Il n’y aura pas d’élection qui va se concentrer uniquement à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso et dans quelques villes autour, il faut que tous les Burkinabè choisissent leur président», a-t-il affirmé, évoquant les deux villes épargnées par les attaques jihadistes fréquentes.

«Il faut qu’on assure la sécurité» et «les gens pourront circuler librement, aller où ils veulent faire leur campagne et là, permettre à tous les Burkinabè de choisir leur président», a-t-il ajouté.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté vendredi dans le pays en soutien au régime militaire, appelant à l’adoption d’une nouvelle Constitution.

Voir Aussi

Paris : l’engagement du Chef de l’État sénégalais en faveur de la campagne de GAVI pour la souveraineté vaccinale

Le chef de l’Etat sénégalais, Bassirou Diomaye Faye s’est engagé, jeudi à Paris, à œuvrer …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *