Gambie : Ousman Sonko, condamné pour crimes contre l’humanité

La plus haute cour pénale de Suisse a condamné mercredi un ancien ministre de l’Intérieur de la Gambie pour crimes contre l’humanité en raison de son rôle dans la répression commise par les forces de sécurité de ce pays d’Afrique de l’Ouest sous le régime de son dictateur de longue date, a déclaré un groupe de défense juridique.

Ousman Sonko, ministre de l’Intérieur de la Gambie de 2006 à 2016 sous la présidence de Yahya Jammeh, a été condamné à 20 ans de prison, a indiqué TRIAL International sur la plateforme de médias sociaux X.

Le procès, qui a débuté en janvier, a été considéré par les groupes de défense comme une occasion d’obtenir une condamnation en vertu de la « compétence universelle », qui permet de poursuivre les crimes graves commis à l’étranger.

Le verdict a été prononcé mercredi par le tribunal pénal fédéral suisse de Bellinzone, dans le sud du pays. Sonko, qui se trouvait dans la salle d’audience, n’a guère réagi à la lecture de la traduction du verdict en anglais, a déclaré Benoit Meystre, conseiller juridique de TRIAL International, qui a également assisté à la procédure.

Sonko a demandé l’asile en Suisse en novembre 2016 et a été arrêté deux mois plus tard.

Exécutions extrajudiciaires

Le bureau du procureur général suisse a déclaré que l’acte d’accusation contre Sonko, déposé il y a un an, couvrait des crimes présumés commis pendant 16 ans sous Jammeh, dont le règne a été marqué par des détentions arbitraires, des abus sexuels et des exécutions extrajudiciaires.

M. Sonko est accusé d’avoir soutenu et participé à des attaques contre des opposants en Gambie, pays anglophone d’Afrique de l’Ouest entouré par le Sénégal voisin, et de ne pas avoir mis fin à ces attaques. Les crimes incluent des meurtres, des tortures, des viols et de nombreuses détentions illégales, ont déclaré les procureurs.

« Cette condamnation sans précédent fondée sur la compétence universelle en Europe confirme que personne n’est au-dessus de la portée de la justice », a déclaré M. Meystre dans un message textuel. « Même les personnalités les plus puissantes peuvent être amenées à rendre compte de leur participation à des atrocités de masse. »

Madi MK Ceesay, un journaliste primé qui a été arrêté sous les ordres de Sonko et qui a témoigné lors du procès, a déclaré que le verdict enverrait probablement un signal fort à Jammeh, qui reste en exil en Guinée équatoriale.

Torture

« Ce procès démontre que, quoi qu’il arrive, le long bras de la justice peut toujours rattraper le coupable », a déclaré M. Ceesay à l’Associated Press.

Reed Brody, un avocat américain spécialiste des droits de l’homme qui a assisté au procès, a déclaré que la condamnation de M. Sonko constituait une étape décisive vers la justice pour les victimes de M. Jammeh.

« Le long bras de la loi rattrape les complices de Yahya Jammeh dans le monde entier et, espérons-le, rattrapera bientôt Jammeh lui-même », a-t-il déclaré.

M. Sonko a été reconnu coupable d’homicide, de torture et de séquestration en tant que crimes contre l’humanité, tandis que les accusations de viol portées contre lui ont été abandonnées, a écrit M. Brody sur X.

Philip Grant, directeur exécutif de TRIAL International, qui a déposé le dossier suisse contre Sonko avant son arrestation, a déclaré qu’il s’agissait de l’ancien fonctionnaire le plus haut placé jamais jugé en Europe en vertu du principe de la compétence universelle.

Coup d’Etat

M. Sonko, qui a rejoint l’armée gambienne en 1988, a été nommé commandant de la Garde d’État en 2003, poste dans lequel il était responsable de la sécurité de M. Jammeh, selon les procureurs suisses. Il a été nommé inspecteur général de la police gambienne en 2005.

Il a été démis de ses fonctions de ministre de l’Intérieur en septembre 2016, quelques mois avant la fin du gouvernement de Jammeh, et a quitté la Gambie pour demander l’asile en Europe.

Jammeh a pris le pouvoir lors d’un coup d’État en 1994. Il a perdu l’élection présidentielle de 2016 en Gambie, mais a refusé de reconnaître sa défaite face à Adama Barrow, et a fini par fuir face aux menaces d’une intervention militaire régionale pour le forcer à quitter le pouvoir.

« Le verdict prononcé contre Ousman Sonko est une étape importante dans la lutte contre l’impunité et un succès historique pour la compétence universelle en Suisse et en Europe », a écrit Amnesty Suisse sur X. « Même les anciens ministres peuvent être poursuivis ! Les victimes et leurs familles obtiennent enfin justice. »

Voir Aussi

Élections en Afrique du Sud : début du vote par anticipation

Les Sud-Africains qui ont reçu une autorisation spéciale pour voter par anticipation ont voté lundi …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[wonderplugin_cond deviceexclude="Mobile"] Disponible sur Google Play [/wonderplugin_cond]

Articles récents