Gazoduc Maroc-Nigeria : un accord avec la CEDEAO, le Sénégal et la Mauritanie signé ce jeudi

Le projet du gazoduc Nigeria-Maroc a été au centre des discussions, mardi à Abuja, entre le président-directeur général de la Compagnie pétrolière nationale nigériane (NNPC Ltd), Mele Kyari, et le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Omar Alieu Touray.

« Dans le cadre du mandat du gouvernement fédéral de conduire l’exécution du projet de gazoduc Nigeria-Maroc (NMGP) de 7000 km, le DG de la NNPC Ltd, Mele Kyari, a rendu aujourd’hui une visite de courtoisie au président de la Commission de la CEDEAO Omar Alieu Touray », a indiqué mardi soir la NNPC Ltd dans un communiqué.

« La visite était en préparation de la signature d’un mémorandum d’entente entre la NNPC Ltd, l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) du Maroc et la CEDEAO, prévue le 15 septembre à Rabat », a précisé le communiqué.

« Au cours de cette visite, la NNPC Ltd et la Commission de la CEDEAO ont réaffirmé leur engagement envers le projet qui, une fois achevé, fournira du gaz aux pays d’Afrique de l’Ouest en passant par le Royaume du Maroc, puis l’Europe », a poursuivi la même source.

« La NNPC Ltd et l’ONHYM vont également signer deux mémorandums d’entente avec la Société mauritanienne des hydrocarbures (SMH) et Petrosen du Sénégal, qui devraient tous deux participer au projet », a-t-on fait savoir.

« Une fois achevé, le projet fournira environ 3 milliards de pieds cubes standard par jour de gaz le long de la côte ouest-africaine depuis le Nigeria, le Bénin, le Togo, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Liberia, la Sierra Leone, la Guinée, la Guinée Bissau, la Gambie, le Sénégal et la Mauritanie jusqu’au Maroc », a ajouté la NNPC Ltd.

« Les autres avantages du projet NMGP comprennent l’amélioration du niveau de vie des populations, l’intégration des économies de la sous-région et l’atténuation de la désertification grâce à un approvisionnement en gaz durable et fiable », a-t-on mis en avant.

Au début du mois de juin dernier, le Conseil exécutif fédéral du Nigeria avait donné son accord pour que la Compagnie pétrolière nationale nigériane (NNPC Ltd) conclue un accord avec la CEDEAO pour la construction du gazoduc Nigeria-Maroc.

Lancé en 2016 à Abuja sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI et du président nigérian Muhammadu Buhari, le gazoduc Nigeria-Maroc, un projet d’envergure, doit acheminer le gaz nigérian vers plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, vers le Maroc et, à travers le Maroc, vers l’Espagne et l’Europe.

La gazoduc aura également des retombées économiques considérables sur la région, en exploitant une énergie propre qui respecte les nouveaux engagements du continent en matière de protection de l’environnement.

Le projet permettra en plus de donner à l’Afrique une nouvelle dimension économique, politique et stratégique et placera le Maroc et le Nigeria comme deux leaders de la coopération Sud-Sud au niveau du continent africain.

Le méga-projet de gazoduc Nigeria-Maroc, dont l’étude de faisabilité a été entamée en mai 2017 avec un coût de plusieurs milliards de dollars, avait été lancé au cours de la visite officielle de SM le Roi Mohammed VI, en décembre 2016 à Abuja, et un accord y afférent avait été signé, le 10 juin 2018, lors d’un déplacement à Rabat du président nigérian Muhammadu Buhari.

Voir Aussi

Ouganda : une application mobile pour surveiller son foetus

Daisy Ankunda est bientôt sur le point d’accoucher. Pendant ce trimestre, elle doit surveiller constamment …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
26 ⁄ 1 =