Le Sénégal et le Fmi «travaillent» sur un nouveau programme économique et financier

L’Etat du Sénégal et le Fonds monétaire international (Fmi) vont entamer des négociations en avril prochain, dans le but d’élaborer un nouveau programme économique et financier. C’est en substance ce qu’a fait savoir mardi à la presse locale le chef d’une mission du de l’institution financière à Dakar. « Les négociations en vue d’un nouveau programme soutenu par le FMI commenceront en marge des réunions de printemps qui vont démarrer mi-avril et se poursuivront à Dakar à la fin du mois d’avril », a annoncé Edward Gemayel. Et d’ajouter: « Nous avons réfléchi avec les autorités du Sénégal et avons échangé des idées avec elles. Elles sont en train de travailler à leur propre programme, que nous souhaitons soutenir ».

Le futur programme, une prochaine étape de l’assistance fournie par l’institution financière à l’Etat du Sénégal, sera mis en œuvre pendant trois ans et va comprendre trois axes majeurs, a-t-il précisé sur l’APS.

Le premier va consister à ‘’renforcer la résilience des finances publiques’’ sénégalaises, et le deuxième va servir à ‘’l’amélioration de la gouvernance’’ du Sénégal, a expliqué le fonctionnaire du Fonds monétaire international.

Selon lui, le deuxième volet va prendre en compte la lutte contre le blanchiment de capitaux.

Le troisième axe va permettre au pays d’améliorer sa ‘’résilience socioéconomique’’ avec des outils de protection sociale et d’exécution des réformes économiques, selon Edward Gemayel.

Ce dernier axe du futur programme est censé promouvoir une ‘’croissance plus inclusive’’ et assurer une ‘’amélioration du climat des affaires’’ au Sénégal, a dit le chef de la mission du FMI.

Par ailleurs, l’activité économique sénégalaise devrait s’accélérer à la fin de l’année en cours en raison du démarrage de l’exploitation des ressources pétrolières et gazières du Sénégal prévue à la même période, a-t-il dit, confirmant les prévisions des autorités locales.

Selon M. Gemayel, au Sénégal, l’inflation devrait passer de 9,7 % à environ 5 % à la fin de l’année.

Les perspectives économiques à moyen terme restent favorables et devraient bénéficier à la fois du démarrage de l’exploitation des ressources de gaz et de pétrole, a-t-il prédit.

‘’Les premiers signes d’un resserrement des conditions de financement sur le marché [financier] régional appellent à la vigilance et à l’élaboration d’un plan de contingence’’, a toutefois prévenu le chef de la mission du FMI en parlant encore du Sénégal.

Voir Aussi

Adama Dieng nommé envoyé spécial de l’UA pour la prévention du crime de génocide et les atrocités de masse en Afrique

Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a nommé samedi le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 + 22 =


Disponible sur Google Play

Articles récents