Sécheresse : le Zimbabwe déclare l’état de catastrophe

Le Zimbabwe a déclaré l’état de catastrophe mercredi en raison de la sécheresse dévastatrice qui sévit dans une grande partie de l’Afrique australe. Le président du pays a déclaré qu’il avait besoin de 2 milliards de dollars pour l’aide humanitaire.

Cette déclaration était largement attendue à la suite de mesures similaires prises par les pays voisins, la Zambie et le Malawi, où la sécheresse liée au phénomène climatique El Niño a ravagé les cultures, laissant des millions de personnes dans le besoin d’une aide alimentaire.

« En raison de la sécheresse provoquée par El Niño, plus de 80% de notre pays a reçu des précipitations inférieures à la normale », a déclaré le président Emmerson Mnangagwa dans un discours appelant à l’aide internationale. La priorité absolue du pays, a-t-il ajouté, est de « garantir de la nourriture à tous les Zimbabwéens ». Aucun Zimbabwéen « ne doit succomber ou mourir de faim ».

Il a appelé les agences des Nations unies, les entreprises locales et les organisations religieuses à contribuer à l’aide humanitaire.

El Niño, un phénomène climatique naturel qui réchauffe certaines parties de l’océan Pacifique tous les deux à sept ans, a des effets variés sur le climat mondial. En Afrique australe, il provoque généralement des précipitations inférieures à la moyenne, mais cette année, la sécheresse a été la plus grave depuis des décennies.

Au Zimbabwe, le Programme alimentaire mondial des Nations unies a déjà mis en place un programme d’aide alimentaire destiné aux 2,7 millions de personnes, soit près de 20% de la population du pays, pour la période allant de janvier à mars.

Les premiers mois de l’année sont traditionnellement connus comme la « période de soudure », lorsque les ménages sont à court de nourriture en attendant la nouvelle récolte. Cependant, il y a peu d’espoir de reconstituer les réserves alimentaires cette année, et M. Mnangagwa a déclaré qu’un nombre encore plus important que prévu de personnes auront probablement besoin d’une aide alimentaire.

Plus de 60% des 15 millions d’habitants du Zimbabwe vivent dans des zones rurales, cultivant la nourriture qu’ils consomment, et parfois de petits excédents qui peuvent être vendus pour couvrir des dépenses telles que les frais de scolarité. La participation à l’économie monétaire étant relativement faible, nombre d’entre eux ne seront pas en mesure d’acheter de la nourriture, même lorsqu’elle sera disponible sur les marchés.

Le Zimbabwe, qui était autrefois une puissance agricole régionale et un exportateur de céréales, s’est de plus en plus tourné vers les agences d’aide ces dernières années pour éviter une famine massive due à des conditions climatiques extrêmes telles que les vagues de chaleur et les inondations.

La déclaration de M. Mnangagwa permettra aux organisations humanitaires de mobiliser le soutien international pour obtenir davantage d’aide, mais de nombreuses personnes risquent encore de ne pas recevoir d’assistance, qui sera probablement ciblée sur les populations les plus vulnérables en raison des ressources limitées dans un contexte de crise mondiale de la faim et de réduction des fonds humanitaires par les gouvernements riches.

Une grande partie de l’Afrique australe est en proie à une crise alimentaire due à la sécheresse persistante. Le Zimbabwe a déclaré l’état de catastrophe nationale et lancé un appel à l’aide humanitaire auprès des donateurs internationaux en 2019, après qu’une mauvaise récolte a laissé des dizaines de milliers de personnes dans le besoin.

En février, le président zambien Hakainde Hichilema a déclaré que la sécheresse actuelle était une catastrophe nationale, affirmant que près de la moitié de la récolte de maïs de base de son pays avait été détruite. Selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance, plus de 6 millions de Zambiens, dont la moitié sont des enfants, ont été touchés par la sécheresse.

Moins d’un mois plus tard, le président du Malawi, Lazarus Chakwera, a déclaré que son pays avait besoin de plus de 200 millions de dollars d’aide humanitaire d’urgence en raison d’une sécheresse qui, selon lui, a touché deux millions de ménages dans 23 des 28 districts de ce petit pays. Le Fonds des Nations unies pour l’enfance a déclaré qu’environ neuf millions de personnes, dont la moitié sont des enfants, ont besoin d’aide au Malawi.

L’Agence des États-Unis pour le développement international, l’organisme d’aide étrangère du gouvernement américain, a estimé, par l’intermédiaire de son réseau de systèmes d’alerte précoce à la famine, que 20 millions de personnes en Afrique australe avaient besoin d’une aide alimentaire entre janvier et mars.

Ces besoins pourraient se prolonger jusqu’au début de 2025 pour de nombreuses personnes dans les zones les plus préoccupantes, telles que le Zimbabwe, le sud du Malawi, certaines parties du Mozambique et le sud de Madagascar, en raison d’El Niño, a déclaré l’USAID.

Voir Aussi

Adama Dieng nommé envoyé spécial de l’UA pour la prévention du crime de génocide et les atrocités de masse en Afrique

Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a nommé samedi le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
42 ⁄ 21 =


Disponible sur Google Play

Articles récents