399 catastrophes naturelles ont frappé différentes régions du monde en 2023

Les désastres répertoriés ont coûté la vie à 86.473 personnes et touché 93,1 millions de personnes l’année passée, indique un rapport du Cred, notant que les séismes qui ont secoué la Turquie et la Syrie en février 2023 ont constitué l’événement naturel le plus mortel de l’an dernier.

Avec 56.683 morts et 42,9 milliards de dollars de dommages, les séismes de février en Turquie et en Syrie ont constitué l’événement le plus meurtrier et le plus dévastateur, ajoute-t-on.

En termes d’individus touchés, c’est la sécheresse sévissant en Indonésie de juin à septembre qui a été la plus dévastatrice, avec 18,8 millions de personnes concernées (contre 18 millions pour les séismes en Turquie et en Syrie).

La mortalité due aux catastrophes naturelles était plus élevée l’an dernier que la moyenne (64.148) et la médiane (19.290) des vingt dernières années. Cette surmortalité s’explique principalement par les tremblements de terre de février en Turquie et Syrie, qui représentent deux tiers de l’ensemble des décès répertoriés par le Cred.

Le nombre de personnes touchées (93,1 millions), lui, est inférieur à la moyenne de 2003-2022 (175,5 millions). Le Cred explique cette baisse par le nombre relativement bas de nouvelles sécheresses en 2023.

En effet, le rapport statistique prend en compte les périodes de sécheresse débutant en 2023 et exclut celles en cours depuis de longues années, comme dans la Corne de l’Afrique. Le centre de l’UCLouvain souligne également dans son rapport que le nombre de vagues de chaleur ainsi que la mortalité liée à ces événements sont certainement sous-estimés, certaines informations manquant encore sur les vagues de chaleur en Europe.

En termes de pertes économiques, l’année 2023 a été plus onéreuse que la moyenne établie entre 2003 et 2022, avec 202,7 milliards de dollars de dommages, contre une moyenne de 196,3 milliards. Cependant, le rapport relève que seuls les dommages causés par un tiers des catastrophes répertoriées entre 2003 et 2022 ont fait l’objet d’une documentation complète.

Outre les séismes, les tempêtes, cyclones et typhons ont également fait leur lot de victimes. Parmi ces événements, le plus meurtrier a été la tempête Daniel qui a touché la Libye en septembre. Les inondations qui s’en sont suivies ont coûté la vie à 12.352 personnes, dont 8.000 sont portées disparues, et des dommages estimés à 6,2 milliards de dollars.

Le cyclone Freddy a également été dévastateur, tuant 1.209 personnes au Malawi et touchant 2,3 millions d’individus. Le typhon Doksuri, qui a balayé fin juillet les Philippines et la Chine, a été la deuxième catastrophe naturelle la plus coûteuse, avec des dommages estimés à 25 milliards de dollars.

Le rapport pointe également la tempête tropicale Otis au Mexique, qui a tué 104 personnes, touché un million d’individus et causé des dommages chiffrés à 12 milliards de dollars. Ce qui en fait la tempête la plus onéreuse jamais enregistrée au Mexique.

S’agissant des inondations, celles qui ont touché la région italienne d’Emilie-Romagne à la mi-mai font partie des plus coûteuses de 2023, avec des dommages estimés à 9,8 milliards.

La sécheresse, couplée à une vague de chaleur, qui a touché les régions du sud et du Midwest des États-Unis a constitué le désastre le plus onéreux de l’année dans ce pays, avec des dommages évalués à 14,5 milliards.

Voir Aussi

Nigeria : campagne de vaccination contre le cancer du col de l’utérus

Le Nigeria a lancé, lundi, une vaste campagne de vaccination contre le cancer du col …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[wonderplugin_cond deviceexclude="Mobile"] Disponible sur Google Play [/wonderplugin_cond]

Articles récents