Afrique du Sud : l’ANC sous les 50%, selon les premiers résultats

Selon les premiers décomptes des élections nationales en Afrique du Sud, le Congrès national africain (ANC), au pouvoir depuis longtemps, a obtenu un peu plus de 42% des voix, ce qui laisse entrevoir la possibilité qu’il perde sa majorité pour la première fois depuis qu’il a été porté au pouvoir par Nelson Mandela à la fin de l’apartheid, en 1994.

Avec seulement un peu plus de 16% des votes dépouillés et déclarés, l’élection de mercredi n’a donné qu’une image partielle de la situation. Les résultats définitifs d’un scrutin susceptible d’entraîner le plus grand changement politique dans la jeune démocratie sud-africaine devraient prendre plusieurs jours, la commission électorale indépendante ayant déclaré qu’ils seraient connus d’ici à dimanche.

Les Sud-Africains attendaient avec impatience de savoir si leur pays, dont l’économie est la plus avancée d’Afrique, était sur le point de connaître un changement capital.

La commission électorale prévoyait un taux de participation de 70% pour ces élections, contre 66% lors des dernières élections nationales en 2019. L’ANC avait obtenu 57,5% des voix lors de ces dernières élections, sa pire performance à ce jour.

Cette élection était considérée comme un référendum direct sur le règne ininterrompu de trois décennies de l’ANC, qui a libéré l’Afrique du Sud du régime oppressif et raciste de l’apartheid lors du célèbre vote multiracial de 1994, mais dont la popularité n’a cessé de diminuer au cours des 20 dernières années.

Cette année pourrait être le point de bascule où la plupart des Sud-Africains se détourneront de l’ANC et lui refuseront la majorité pour la première fois.

Les résultats déclarés provenaient de moins de 4 000 des plus de 23 000 bureaux de vote répartis dans les neuf provinces qui composent l’Afrique du Sud, et le processus de dépouillement était encore loin d’être achevé. Près de 28 millions de personnes sur les 62 millions d’habitants que compte l’Afrique du Sud étaient inscrites sur les listes électorales.

La question brûlante à laquelle leur vote répondra est de savoir si la domination de l’ANC sur la démocratie sud-africaine post-apartheid prendra fin. Plusieurs sondages d’opinion avaient évalué le soutien de l’ANC à moins de 50% avant les élections, une situation sans précédent.

Le président sud-africain et chef de l’ANC, Cyril Ramaphosa, a déclaré après le vote mercredi qu’il était toujours convaincu que son parti obtiendrait une « majorité solide », mais il est confronté à une opposition plus forte que jamais.

Cette opposition politique est toutefois répartie entre un grand nombre d’autres partis, et l’ANC était encore largement attendu comme le plus grand parti et le plus grand nombre de sièges au Parlement. Mais si ses voix tombent pour la première fois sous la barre des 50%, il devra probablement former une coalition pour rester au gouvernement et conclure un accord avec d’autres partis pour réélire M. Ramaphosa. Cela ne s’est jamais produit auparavant.

Lors des élections nationales, les Sud-Africains votent pour des partis et non directement pour leur président. Ces partis obtiennent ensuite des sièges au Parlement en fonction de leur part de voix et les députés élisent le président. L’ANC a toujours eu une nette majorité parlementaire depuis 1994 et le président a donc toujours été issu de l’ANC.

Bien que la grande majorité des votes n’ait pas encore été dépouillée, les premiers résultats avaient placé l’Alliance démocratique, principal parti d’opposition, à environ 25% et le parti des Combattants pour la liberté économique à environ 8%. Ils reflétaient également l’impact immédiat possible du nouveau parti MK de l’ancien président Jacob Zuma, qui s’est retourné contre l’ANC qu’il dirigeait autrefois et a contribué à la perte de soutien de ce parti. Le parti MK occupait la quatrième place dans le décompte anticipé, juste derrière l’EFF.

Les Sud-Africains ont fait la queue jusque tard dans la nuit pour faire leur choix et les longues files d’attente ont ravivé chez certains le souvenir de l’élection de 1994, qui a changé le pays.

Alors que les bureaux de vote ont officiellement fermé à 21 h, le scrutin s’est poursuivi pendant des heures dans de nombreux endroits, les autorités ayant constaté une vague de votes tardifs dans les grandes villes comme Johannesburg et Le Cap. Les règles stipulent que toute personne faisant la queue dans un bureau de vote avant l’heure de fermeture doit être autorisée à voter.

Cela suggère que les Sud-Africains ont pris conscience de l’importance de cette élection.

L’Afrique du Sud est le pays le plus avancé d’Afrique, mais elle peine à résoudre les inégalités profondes qui maintiennent des millions de personnes dans la pauvreté, trois décennies après la fin de l’apartheid. Ces inégalités et cette pauvreté généralisée touchent de manière disproportionnée la majorité noire, qui représente plus de 80% de la population du pays. L’Afrique du Sud a l’un des taux de chômage les plus élevés au monde et est également confrontée à un taux élevé de criminalité violente.

Les électeurs ont fait de ces questions et d’autres, comme les scandales de corruption de l’ANC au fil des ans et les problèmes liés aux services gouvernementaux de base, leurs principaux griefs.

Voir Aussi

Paris : l’engagement du Chef de l’État sénégalais en faveur de la campagne de GAVI pour la souveraineté vaccinale

Le chef de l’Etat sénégalais, Bassirou Diomaye Faye s’est engagé, jeudi à Paris, à œuvrer …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *