Le Nigeria revient à son premier hymne national, près de 50 ans après

Le Nigeria a adopté un nouvel hymne national mercredi, après que les députés ont voté une loi remplaçant l’hymne actuel par une version abandonnée il y a près d’un demi-siècle, suscitant de nombreuses critiques sur la manière dont la loi a été adoptée à la hâte, sans grande participation du public.

L’approbation de la loi par le président Bola Tinubu intervient un jour après son adoption par les deux chambres de l’Assemblée nationale du Nigeria, dominée par le parti au pouvoir. Les députés fédéraux ont présenté et adopté le projet de loi en moins d’une semaine, un processus inhabituellement rapide pour des projets de loi importants dont l’examen prend habituellement des semaines ou des mois.

L’hymne « Arise, O Compatriots » qui est remplacé était utilisé depuis 1978, date à laquelle il a été introduit par le gouvernement militaire. L’hymne a été composé à une époque où le pays était secoué par une guerre civile meurtrière. Il appelle les Nigérians à « servir notre patrie avec amour et force » et à ne pas laisser « le travail de nos héros du passé (être) en vain ».

La nouvelle version, qui prend effet immédiatement, a été introduite pour la première fois en 1960, lorsque le Nigeria a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne, avant d’être abandonnée par les militaires. Intitulée « Nigeria We Hail Thee », elle a été écrite par Lillian Jean Williams, une expatriée britannique qui vivait au Nigeria à l’époque.

Le nouvel hymne a été joué publiquement pour la première fois lors d’une session législative à laquelle assistait M. Tinubu, qui a fêté mercredi sa premiere année en tant que Président.

De nombreux Nigérians se sont toutefois rendus sur les réseaux sociaux pour dire qu’ils ne chanteraient pas le nouvel hymne national, parmi lesquels Oby Ezekwesili, ancienne ministre de l’Éducation et candidate à l’élection présidentielle, qui a déclaré que la nouvelle loi montrait que la classe politique du pays ne se souciait pas de l’intérêt public.

« Dans un Nigeria du 21e siècle, la classe politique du pays a trouvé qu’un hymne national colonial contenant des mots péjoratifs tels que “Native Land” et “Tribes” était suffisamment admirable pour l’imposer à nos citoyens sans leur consentement », a posté Mme Ezekwesili sur X.

Les partisans du nouvel hymne ont toutefois estimé qu’il n’était pas normal que le pays ait adopté un hymne introduit par l’armée. « Les hymnes sont des récitations idéologiques qui aident les gens à se concentrer. Il est très triste que l’armée ait modifié l’hymne », a déclaré Frank Tietie, analyste des affaires publiques.

Voir Aussi

Paris : l’engagement du Chef de l’État sénégalais en faveur de la campagne de GAVI pour la souveraineté vaccinale

Le chef de l’Etat sénégalais, Bassirou Diomaye Faye s’est engagé, jeudi à Paris, à œuvrer …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *