Combats en RDC: les dirigeants d’Afrique de l’Est appellent au « cessez-le-feu immédiat »

Les chefs d’Etats de plusieurs pays d’Afrique centrale et de l’Est ont appelé samedi à un « cessez-le-feu immédiat de toutes les parties » et un retrait de tous les groupes armés, « y compris les étrangers » dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

Cette réunion des chefs d’Etat de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC, constituée de sept pays) à Bujumbura, la capitale du Burundi, intervenait en pleine recrudescence des violences dans l’est de l’immense nation d’Afrique centrale.

Les dirigeants ont appelé à un « cessez-le-feu immédiat de toutes les parties » et un retrait de tous les groupes armés, « y compris les étrangers », dans un communiqué publié à l’issue du sommet.

Ils ont demandé aux chefs des armées de se réunir d’ici une semaine afin de fixer un calendrier pour ce retrait, et souligné « la nécessité d’un dialogue renforcé entre toutes les parties ».

Les présidents de RDC Félix Tshisekedi et du Rwanda Paul Kagame ont participé à la réunion, sachant que Kinshasa a régulièrement accusé Kigali de soutenir les rebelles du M23.e Samia Suluhu Hassan. 

Ce sommet se tenait peu après la visite du pape François à Kinshasa, où il a condamné les « cruelles atrocités » perpétrées dans l’est de la RDC.

De nombreux groupes armés y sévissent depuis des décennies, dont beaucoup sont un héritage des guerres régionales qui ont éclaté dans les années 1990-2000.

Depuis novembre 2021, la rébellion majoritairement tutsi du M23 s’est emparée de territoires près de Goma. Si la RDC accuse le Rwanda de la soutenir, ce qui est corroboré par des experts de l’ONU et les pays occidentaux, Kigali s’en défend.

– Il faut protéger les ressources de la RDC-

L’EAC a créé l’an dernier une force militaire régionale de paix pour l’est de la RDC, les premières troupes étant arrivées à Goma en novembre. Elles sont autorisées à recourir à la force contre le M23, mais ne l’ont pas encore fait.

Les tensions se sont exacerbées fin janvier lorsque les forces rwandaises ont ouvert le feu sur un avion de chasse congolais qui, selon elles, avait violé l’espace aérien rwandais. Kinshasa a évoqué « un acte de guerre ».

Et l’ancien président kényan Uhuru Kenyatta, médiateur de l’EAC dans la crise en RDC, s’était dit préoccupé par la « forte détérioration » de la situation dans le Nord-Kivu.

Dans une déclaration avant le sommet, M. Ruto a demandé que les riches ressources minières de RDC, à l’origine des nombreux conflits en cours, soient protégées.

« Le moment est venu depuis longtemps pour la communauté internationale d’auditer avec la plus grande vigilance les chaînes d’approvisionnement industrielles et de s’assurer que la production et la consommation mondiales respectent la souveraineté congolaise en matière de ressources et ne profitent pas des conflits et des souffrances humaines », a-t-il déclaré.

Voir Aussi

Mame Mbaye Niang / Ousmane Sonko : le procès renvoyé à la date du 30 mars

Le procès opposant Mame Mbaye Niang à Ousmane Sonko est renvoyé jusqu’au 30 mars. Le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
19 × 30 =