Cote d’Ivoire : les accusés de l’attentat de Grand-Bassam au tribunal

Quatre des accusés arrêtés dans le cadre d’une attaque extrémiste islamique de 2016 qui a tué 19 personnes sur une plage touristique de Côte d’Ivoire ont comparu devant le tribunal mercredi pour faire face à des accusations de meurtre et de terrorisme.

La semaine dernière, les autorités avaient publié les noms de 18 accusés dans la tuerie de Grand-Bassam, qui a ensuite été revendiquée par Al-Qaida au Maghreb islamique.

Il s’agissait de la première attaque terroriste de ce type dans le pays, et elle a renforcé les craintes d’une propagation de l’extrémisme islamique vers le sud à partir du Mali et du Burkina Faso voisins. Dans l’année qui a suivi les violences, des suspects ont également été arrêtés dans ces pays ainsi qu’au Sénégal.

Les procureurs n’ont pas précisé où se trouvaient les autres accusés mercredi ni s’ils pourraient comparaître à une date ultérieure.

Prosper Kouassi, un avocat de la défense représentant les détenus, n’a pas pu fournir d’explication non plus.

« C’est le procureur qui doit répondre », a déclaré Kouassi. « O_n nous a présenté les quatre personnes, ce sont les quatre personnes que nous allons défendre_ ».

Grand-Bassam est relié par autoroute à Abidjan, le centre commercial de la Côte d’Ivoire, et était une destination de week-end populaire pour les amateurs de plage.

Parmi les victimes ce jour-là figuraient 11 Ivoiriens, quatre Français, un Allemand, un Libanais, un Macédonien et un Nigérian.

Lorsque des coups de feu ont éclaté sur la plage en ce dimanche après-midi de 2016, de nombreux vacanciers ont d’abord pensé qu’il s’agissait d’un feu d’artifice. Alors que les djihadistes s’approchaient de plus près avec leurs kalachnikovs, les touristes terrifiés et les personnes travaillant dans les bars et restaurants de la plage à proximité ont tenté de se réfugier dans les hôtels voisins. Certains plagistes qui se trouvaient dans l’océan au moment de l’attaque ont réussi à nager contre les vagues pour se mettre en sécurité.

Parmi les personnes présentes au palais de justice mercredi, Odile Koko Kouamenan, dont le fils était parmi les témoins de l’attaque.

« La scène s’est passée sous ses yeux », s’est-elle souvenue. « Il était un témoin sur le terrain. Il était tellement traumatisé qu’il a quitté la ville et est allé au village pendant un an. » Selon elle, son fils a besoin d’un suivi médical, qu’il n’a pas encore reçu.

« Si l’État peut faire quelque chose pour lui, c’est tout ce qu’une mère veut pour son enfant« . a ajouté Mme Kouamenan.

Le procès devrait durer jusqu’à la fin du mois de décembre.

Voir Aussi

Présidentielle 2024 : vers une révision exceptionnelle des listes électorales au Sénégal

Une révision exceptionnelle des listes électorales aura lieu en prélude à l’élection présidentielle de 2024, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
13 × 4 =