Idrissa Seck: un insaisissable et expérimenté homme politique (Djibril Boye)

Né le 09 Août 1959 à Thiès, Idrissa Seck est l’un des acteurs qui ont le plus marqué l’histoire politique du Sénégal de par son parcours exceptionnel mais aussi de par ses positions parfois très controversées.

À 29 ans,  il fait office de Directeur de campagne du candidat Abdoulaye Wade lors de la présidentielle de 1988.

En 1995, alors qu’il n’avait que 36 ans, Idrissa est nommé Ministre du Commerce, de l’Artisanat et de l’Industrie dans le gouvernement de Habib Thiam III. Initiateur de la marche bleue, il participe avec efficacité et efficience à l’avènement du Pape du Sopi à la magistrature suprême. Il est nommé Ministre d’Etat, Directeur de Cabinet du Président Abdoulaye Wade.

Le 04 Novembre 2002, emportée par le naufrage du bateau le Joola, Mame Madior Boye est remplacée par Idrissa Seck. Ce dernier qui se définit comme étant allergique à l’incompétence, fit la promotion de beaucoup de compétences en son temps. C’est pourquoi, le Sénégal a eu à enregistrer, sous son magistère, ses meilleurs taux de croissance de son PIB entre 2003 et 2004 (6,7 % et de 5,9%) selon Africa Check.

En Avril 2004, il est succédé à cette fonction par l’actuel chef de l’Etat, Macky Sall.

Le dossier des chantiers de Thiès constitue l’alibi avancé par Wade pour ester son ancien premier ministre en justice, mais il serait plutôt question, selon certains, d’une importante somme d’argent confisquée par son « fils » Idy. Emprisonné en 2005, il recouvrera la liberté 7 mois plus tard, bénéficiant d’un « non lieu » total. Ce non lieu fut la résultante du fameux « protocole de Rebeuss » piloté à l’époque par l’avocat du Président Wade, Me Ousmane Seye et la Notaire du Maire de Thies, Me Nafissatou Cissé.

Le 2 octobre 2006, Idrissa Seck crée son parti politique, le « Rewmi ».

Le 22 janvier 2007, en compagnie du porte-parole du Khalif général des tidianes, Serigne Abdou Aziz Sy, Idrissa Seck est reçu en audience par le Chef de l’état. Il sera réintégré au PDS mais devra retirer sa candidature à la prochaine présidentielle. Idrissa décide de maintenir le flou sur son éventuelle participation à cette élection présidentielle.

Finalement, il se présente et sort deuxième avec 14,86 % des suffrages, derrière son ancien mentor.

En 2012, le Président du Conseil départemental de Thiès et ancien maire de ladite ville chute en popularité et perd une importante partie de son électorat. Il sortira de la présidentielle avec 07% des voix au premier tour et finit par apporter son soutien à son ancien camarade du PDS, le candidat Macky Sall. Cependant, quelques mois après l’accession de Macky Sall au pouvoir, il remet son manteau d’opposant radical, ce, durant tout le septennat du leader de l’Alliance Pour la République à la magistrature suprême.

Février 2019: Avec 899 556 voix, soit 20,51 %, Idrissa Seck sort deuxième de la présidentielle devant Ousmane Sonko, Issa Sall et Me Madické Niang.

Quinze mois plus tard, le leader du Parti Rewmi, contre toute attente, et après avoir longuement « négocié » avec Macky Sall, est nommé Président du Conseil Economique, Social et Environnemental, en remplacement de Madame Aminata Touré, membre du parti présidentiel. Il justifie sa nomination par le contexte sanitaire à fort impact socio-économique dans lequel le Sénégal est plongé depuis le début de la pandémie du Covid-19. Idrissa Seck, pour se justifier devant ses détracteurs, lance: « je suis très nuancé », entre autres propos à équivoque.

Le Président du Conseil départemental de Thiès quitte officiellement l’opposition après avoir été considéré par beaucoup comme le leader de celle-ci, suite à son classement lors du dernier scrutin présidentiel. Les données commencent à changer. Son comportement envers l’ancien militant de l’AJ/PADS, Macky Sall confirme de jour en jour sa proximité avec ce dernier. Sa dernière sortie lors des dernières manifestations qui ont secoué le Sénégal montre à suffisance son attachement indéfectible au Président de la République.

Après toute cette gymnastique, quel avenir politique pour le leader du parti Rewmi?

Est-il mort politiquement?

A t-il reculé pour mieux sauter ?

Les échéances électorales de 2024 nous y édifieront.

Djibril Boye, AfroActu.com

Voir Aussi

Vladimir Poutine signe un projet de loi lui permettant de briguer deux mandats supplémentaires

Le président russe Vladimir Poutine a signé lundi un projet de loi permettant à l’actuel …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 + 17 =