FILE - Libyan Prime Minister Abdul Hamid Dbeibah gestures as he arrives for a conference with several world leaders in Paris, Friday, Nov. 12, 2021. Libya's interim prime minister filed a request Sunday, Nov. 21 to run for president despite being technically barred from the upcoming elections. Prime Minister Abdul Hamid Dbeibah is meant to lead the country until a winner is declared following national and presidential elections on Dec. 24. (AP Photo/Francois Mori, File)

Libye : le Premier Ministre Abdelhamid Dbeibah demande des élections

Après les affrontements qui ont causé la mort de plus de 30 personnes à Tripoli, le Premier ministre du gouvernement basé dans la capitale libyenne, Abdul Hamid Dbeibah, a souligné la nécessité d’élections.

Les combats ont éclaté tôt samedi et ont opposé les milices fidèles au gouvernement basé à Tripoli à d’autres groupes armés alliés à une administration rivale qui cherche depuis des mois à s’installer dans la capitale.

« Cette agression a été surmontée, et ils se sont détournés vaincus, traînant les queues de la déception et de la honte en marchant sur le sang des innocents, qu’ils ont versé au nom du pouvoir et de leurs égos gonflés. » a déclaré Abdel Hamid Dbeibah.

Ces affrontements ont mis fin à un mois de calme relatif dans la ville, et fait craindre une guerre de plus grande ampleur à ses habitants.

Le premier ministre du gouvernement basé l’ouest a appelé dimanche, toutes les parties libyennes à oublier les conflits du passé en soulignant la nécessité de tenir des élections pour éviter un retour aux sommets du long conflit libyen.

« Non aux solutions fabriquées de toutes pièces. Oui aux élections. Non à la guerre. Oui, aux élections. Non à la prolongation. Oui, aux élections. Nous partirons tous, mais par les élections. » a déclaré le Premier ministre du gouvernement basé à Tripoli.

L’impasse actuelle résulte de l’absence d’élections en décembre et du refus de M. Dbeibah de quitter le pouvoir.

En réponse, le parlement du pays, basé à l’est, a nommé un premier ministre rival, Fathy Bashagha, qui cherche depuis des mois à installer son gouvernement à Tripoli, déclenchant en mai dernier des affrontements qui se sont soldés par son retrait de la ville.

Voir Aussi

Afrique du Sud : Ramaphosa exige une action des pays pollueurs

Devant le Parlement britannique, mardi, le président Cyril Ramaphosa a appelé Londres à plus d’action …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
3 + 9 =