Sénégal : le « Ngalakh », un symbole de solidarité islamo-chrétienne

Au Sénégal, chrétiens et musulmans renforcent leur unité et leur solidarité avec le dessert « Ngalakh » spécialement préparé pour Pâques.

Au Sénégal, où environ 4 % de la population est chrétienne, les préparatifs fébriles qui ont commencé avant la fête de Pâques, qui sera célébrée le 9 avril, se poursuivent sans relâche.

Les familles chrétiennes préparent un dessert spécial pour le « Vendredi saint », qui représente la fin du grand carême (Careme) que la communauté chrétienne observe pendant la période de Pâques et qui coïncide avec le vendredi précédant le dimanche de Pâques.

Le Ngalakh, la première saveur qui vient à l’esprit lorsqu’on évoque Pâques au Sénégal, est préparé avec du « thiakry », un type de semoule couramment utilisé en Afrique de l’Ouest, des fruits du baobab, de la noix de muscade, du lait, du sucre et de la crème d’arachide.

Les familles chrétiennes se réunissent tôt le vendredi dans la maison d’un aîné de la famille et préparent suffisamment de Ngalakh pour presque tout le quartier.

Le Ngalakh a une consistance liquide et est servi avec de la noix de coco râpée, des tranches de banane et des raisins secs.

Les jeunes de la maison dressent une liste des voisins et connaissances musulmans et leur distribuent la plus grande partie du dessert jusqu’au vendredi après-midi.

Le Ngalakh, une tradition de Pâques, est considéré comme l’un des symboles de l’unité et de la solidarité entre musulmans et chrétiens au Sénégal aujourd’hui.

Le correspondant d’AA était l’invité d’une famille chrétienne préparant le Ngalakh dans le quartier des Parcelles Assainies à Dakar.

« Chaque célébration religieuse renforce nos liens »

Hortensia Alaofary Kanfoudy, qui prépare le Ngalakh avec sa famille, explique que les chrétiens jeûnent également pendant 40 jours avant Pâques et que le Ngalakh symbolise la fin de ce jeûne.

Kanfoudy a déclaré : « Nous nous réunissons avec les aînés de notre famille, nous préparons le Ngalakh ensemble et nous le distribuons à nos voisins musulmans. Nous sommes très heureux de pouvoir perpétuer cette tradition ancestrale ».

Soulignant que le Ngalakh n’est pas seulement un dessert, M. Kanfoudy poursuit en ces termes :

_ »Le Ngalakh n’est pas seulement un dessert traditionnel mais aussi un symbole qui renforce le dialogue entre musulmans et chrétiens. C’est déjà notre principal souhait. Les musulmans offrent également de la viande et du couscous à leurs voisins chrétiens à l’occasion de l’Aïd al-Adha, du Ramadan et de l’Achoura. Nous leur offrons également des friandises à l’Ascension et à Noël. Ce partage à l’occasion de chaque fête religieuse renforce le dialogue et l’unité » explique_Hortensia, soulignant que le Ngalakh n’est pas seulement un dessert.

« Cette solidarité est propre au Sénégal »

La tante de Kandoudy, la musulmane Rokhaya Diagne, qui a participé aux préparatifs du Ngalakh, a déclaré que les musulmans et les chrétiens vivaient ensemble non seulement dans la société, mais aussi dans la même famille.

« Chaque année, nous préparons le Ngalakh chez mon neveu. Je suis musulmane, ma sœur est chrétienne. Nous ne nous voyons pas différemment. Cette solidarité est unique au Sénégal. Pendant le ramadan, les chrétiens nous offrent l’iftar et nous leur offrons de la nourriture pendant le carême. Nous nous occupons les uns des autres à chaque fête religieuse. Je suis fier de ce tableau » a déclaré Mme Diagne.

Le voisin musulman de Kandoudy, Adama Manga Coly, à qui Kandoudy a distribué Ngalakh, a déclaré que les musulmans et les chrétiens croyaient au même Dieu et que personne ne jugeait la religion des autres.

Coly a déclaré : « Au Sénégal, tout le monde respecte la religion des autres, personne n’est dans une compétition de ‘ma croyance est supérieure à la tienne’. C’est un pays laïc. Nous vivons ici en paix avec les chrétiens ainsi qu’avec de nombreuses sectes ».

« La raison de ce dialogue est l’enseignement mystique »

Au Sénégal, où 96 % de la population est musulmane, plus de 60 % des gens suivent strictement les enseignements soufis tels que le muridisme, le tijanisme et le qadirisme.

Grâce à ces enseignements, le Sénégal est considéré comme l’un des pays exemplaires où musulmans et chrétiens vivent ensemble en paix.

Contrairement à d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, il n’y a pas d’éléments extrémistes au Sénégal, et la population chrétienne, qui est minoritaire au Sénégal, respecte ces enseignements soufis et leurs dirigeants.

Voir Aussi

Paris : l’engagement du Chef de l’État sénégalais en faveur de la campagne de GAVI pour la souveraineté vaccinale

Le chef de l’Etat sénégalais, Bassirou Diomaye Faye s’est engagé, jeudi à Paris, à œuvrer …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *