Vagues de chaleur et inondations, les ravages du changement climatique

Dans un Brésil étouffant, des inondations ont tué des dizaines de personnes et paralysé une ville d’environ 4 millions d’habitants. En Inde, à l’heure des élections nationales, les électeurs et les hommes politiques s’évanouissent sous une chaleur qui a atteint 46,3 degrés Celsius.

En Asie, une vague de chaleur brutale a entraîné la fermeture d’écoles aux Philippines, tué des personnes en Thaïlande et établi des records dans ce pays, ainsi qu’en Indonésie, en Malaisie, aux Maldives et au Myanmar. Des températures record – en particulier la nuit, lorsqu’il n’y a pas de refroidissement – ont frappé de nombreuses régions d’Afrique. Des inondations ont dévasté Houston, et les États-Unis dans leur ensemble viennent de connaître leur deuxième plus grand nombre de tornades pour le mois d’avril.

Dans un monde de plus en plus habitué aux variations météorologiques extrêmes, ces derniers jours et ces dernières semaines ont apparemment porté ces extrêmes environnementaux à un niveau supérieur. Certains climatologues affirment qu’il leur est difficile de se souvenir qu’une si grande partie de la planète ait connu des conditions météorologiques aussi extrêmes en même temps.

« Étant donné que nous avons assisté à un réchauffement planétaire sans précédent au cours des 11 derniers mois, il n’est pas surprenant de constater une aggravation des extrêmes climatiques si tôt dans l’année », déclare Jonathan Overpeck, doyen de la faculté de l’environnement de l’université du Michigan. « Si ce réchauffement record se poursuit, 2024 sera probablement une année record en termes de catastrophes climatiques et de souffrances humaines. »

Records de chaleur

Lorsque la planète se réchauffe, il est probable qu’elle connaisse davantage d’événements climatiques et météorologiques extrêmes, notamment des records de chaleur et de précipitations, affirment les scientifiques. Le changement climatique modifie également les schémas météorologiques, entraînant le blocage des systèmes pluvieux et chauds au-dessus de certaines régions et la modification des méandres du jet stream, rappelle Alvaro Silva, spécialiste du climat à l’Organisation météorologique mondiale(OMM).

L’affaiblissement d’El Nino (réchauffement naturel de certaines parties du Pacifique central qui modifie les conditions météorologiques dans le monde entier), qui a succédé à trois années de La Nina (son pendant froid), vient s’ajouter aux effets plus marqués du changement climatique causé par l’homme, explique M. Silva.

Les scientifiques ont également pointé du doigt les 13 mois consécutifs de chaleur record des océans comme facteur potentiel des conditions météorologiques extrêmes. Tout cela survient alors que le monde vient de terminer son onzième mois consécutif de chaleur record, a rapporté mercredi le service climatique européen Copernicus.

La température moyenne mondiale de 15 degrés Celsius en avril a battu l’ancien record de 2016 de 0,14 degré Celsius. Les données de Copernicus remontent à 1950, tandis que d’autres agences de surveillance du climat remontent à 1850, mais n’ont pas encore communiqué leurs calculs pour le mois d’avril.

Réchauffement

Le mois dernier a été plus chaud de 1,58 degré Celsius que la période préindustriellede la fin du XIXe siècle. En 2015, le monde a adopté un objectif visant à limiter le réchauffement à 1,5 degré Celsius par rapport à l’ère préindustrielle, mais cet objectif s’applique principalement à une température aussi élevée pendant une décennie ou plus, et non pendant un mois.

Si plusieurs facteurs jouent un rôle dans cette récente vague d’extrêmes, « le changement climatique est le plus important », soutient M. Silva.

Le problème est que le monde s’est adapté et a construit des villes conçues pour les températures et les précipitations du XXe siècle, mais le changement climatique apporte plus de chaleur et de pluies diluviennes, a déclaré Andrew Dessler, climatologue à l’université A&M du Texas.

« Nous sommes en train de quitter le climat du XXe siècle et nous ne pouvons tout simplement pas faire face à ces événements », a déclaré M. Dessler. « Ils deviennent légèrement plus extrêmes, mais ils dépassent notre capacité à les gérer. »

Phénomènes extrêmes

Katharine Hayhoe, climatologue de Texas Tech et responsable scientifique de Nature Conservancy, avance que les phénomènes extrêmes se chevauchaient dans un plus grand nombre d’endroits.

« Le changement climatique fait monter les dés météorologiques contre nous dans toutes les régions du monde », a déclaré Mme Hayhoe. « Cela signifie qu’il augmente non seulement la fréquence et la gravité de nombreux phénomènes météorologiques extrêmes, mais aussi le risque d’événements composés. »

Au cours des cinq premiers jours de mai, 70 pays ou territoires ont battu des records de chaleur, indique le climatologue Maximiliano Herrera, qui suit les relevés de température dans le monde entier.

Nandyala et Kadapa, dans l’État indien de l’Andhra Pradesh (sud du pays), ont battu un record historique avec une température de 46,3 Celsius.Nitin Gadkari, ministre fédéral, s’est évanoui lors d’une campagne électorale dans l’État de Maharashtra, dans l’ouest de l’Inde.

« Les vagues de chaleur en Inde sont de loin le type d’événement météorologique extrême le plus meurtrier. En même temps, il s’agit du type d’événements extrêmes qui augmentent le plus dans un monde qui se réchauffe », déclare la climatologue Friederike Otto dans un communiqué en début de semaine.

Chaleur torride

Cette semaine, en Asie du Sud-Est, « la nuit de mai a été la plus chaude jamais enregistrée », a indiqué M. Herrera sur X (anciennement Twitter). Dans certaines régions de Thaïlande, la température n’est pas descendue en dessous de 30,9 degrés Celsius.

Fin avril, certaines parties du nord de la Thaïlande ont atteint 44 Celsius, tandis que la ville de Chauk, dans la région la plus chaude du Myanmar, a enregistré un record de 48,2 Celsius.

De nombreuses nations africaines sont également confrontées à une chaleur torride. Selon M. Herrera, la température a atteint 47,5 Celsius à Kayes, au Mali. La capitale du Niger a connu la nuit la plus chaude du mois de mai et celle du Burkina Faso, la nuit la plus chaude de tous les mois. Au Tchad, dans le nord de l’Afrique centrale, les températures devraient rester supérieures à 45,6 degrés toute la semaine.

Selon les scientifiques du groupe World Weather Attribution, la vague de chaleur meurtrière qui a frappé l’Afrique de l’Ouest le mois dernier est liée au changement climatique provoqué par l’homme.

À Ciudad Altamirano, au Mexique, la température a frôlé les 46 degrés et des records de chaleur ont été enregistrés dans toute l’Amérique latine, a indiqué M. Herrera. La Boliviea connu sa nuit de mai la plus chaude jamais enregistrée et le Brésil sa journée de mai la plus chaude.

Inondations

Selon Francisco Aquino, climatologue à l’université fédérale de Rio Grande do Sul, la chaleur record du Brésil qui a étouffé de grandes villes comme Sao Paulo a également empêché une tempête de pluie de se déplacer dans le sud du pays, ce qui l’a rendue mortelle.

Il y a également eu un afflux massif d’humidité provenant des « rivières volantes » de l’Amazonie, c’est-à-dire des courants d’air qui transportent de la vapeur d’eau, a expliqué M. Aquino. « Les nuages ont ainsi généré des précipitations extrêmes », a-t-il ajouté.

L’État du Rio Grande do Sul, dans le sud du pays, subit les pires inondations jamais enregistrées, avec au moins 90 morts, près de 204 000 personnes déplacées et 388 municipalités touchées, selon les autorités locales.

À Porto Alegre, une agglomération de plus de 4,4 millions d’habitants, les eaux ont envahi le centre-ville, l’aéroport international et plusieurs quartiers. Les autorités ont indiqué qu’il faudrait plusieurs jours pour que le niveau de l’eau baisse.

Houston tente toujours de s’assécher après des jours de fortes pluies qui ont nécessité le sauvetage de plus de 600 personnes dans tout le Texas, dont 233 à Houston. Au nord-est de Houston, il est tombé environ 58 centimètres.

Dans le même temps, le mois d’avril a été marqué par les pluies les plus fortes jamais enregistrées aux Émirats arabes unis, qui ont inondé des portions d’autoroutes importantes dans le royaume désertique et l’aéroport international de Dubaï, la plaque tournante la plus fréquentée au monde pour les voyages internationaux.

Voir Aussi

Élections en Afrique du Sud : début du vote par anticipation

Les Sud-Africains qui ont reçu une autorisation spéciale pour voter par anticipation ont voté lundi …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[wonderplugin_cond deviceexclude="Mobile"] Disponible sur Google Play [/wonderplugin_cond]

Articles récents