BAD : un investissement total de 8,2 milliards de dollars en 2022

Cette évolution est une indication d’un retour progressif aux niveaux d’approbation d’avant la pandémie, relève la BAD dans sa Revue annuelle sur l’efficacité du développement pour 2023, publié jeudi en marge des assemblées de la Banque, qui se tiennent à Charm El-cheikh.

En 2022, près de 60% des financements de la Banque ont porté sur des prêts à l’investissement, contre 50 % en 2021, précise la Revue, notant que la BAD continue de réaliser des investissements transformateurs dans les cinq domaines prioritaires les «High 5».

Selon la même source, les investissements ont continué, en 2022, d’être alignés sur les priorités stratégiques (High 5) de la Banque, avec 26% du total des approbations pour Industrialiser l’Afrique, 25% pour Améliorer la qualité de vie des populations africaines et 22% pour Nourrir l’Afrique.

Quant à «Intégrer l’Afrique» et «Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie», ces deux High 5 constituent respectivement 18% et 9% du total.En outre, le lancement de la Facilité africaine de production alimentaire d’urgence (AEFPF), en réponse aux défis posés par les retombées du conflit russo-ukranien, a permis d’augmenter le financement du volet «Nourrir l’Afrique», qui a représenté 22% des approbations en 2022.

«Malgré un environnement opérationnel difficile, nos opérations ont livré de bons résultats: nous avons permis à 1,3 million de personnes d’accéder à l’électricité, amélioré la connectivité des transports en construisant ou en réhabilitant 833 kilomètres de routes, permis à 12,3 millions de personnes d’accéder à de nouveaux ou meilleurs services d’eau et d’assainissement, et plus de 4 millions de personnes ont bénéficié de nos opérations dans le secteur privé», se félicite le président de la BAD, Akinwumi Adesina, cité dans la Revue.

Publiée tous les ans depuis 2011, la Revue annuelle de l’efficacité du développement, évalue le soutien de la Banque au développement durable des pays africains. Elle vérifie en particulier les contributions aux domaines stratégiques prioritaires que sont les «High 5» de la Banque, moteurs de la transformation de l’Afrique: éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie, nourrir l’Afrique, industrialiser l’Afrique, intégrer l’Afrique et améliorer la qualité de vie des populations en Afrique.

Cette édition des assemblées, organisée sous le thème «Mobiliser les financements du secteur privé en faveur du climat et de la croissance verte en Afrique», constitue une occasion pour les gouverneurs du Groupe de la BAD de réfléchir aux moyens de mobiliser plus solidement l’investissement privé dont l’Afrique a besoin pour atteindre ses objectifs urgents en matière d’adaptation au changement climatique et d’atténuation de ses effets.

Les Assemblées annuelles sont l’événement le plus important de la BAD. Elles réunissent environ 3.000 délégués et participants chaque année.

Voir Aussi

Paris : l’engagement du Chef de l’État sénégalais en faveur de la campagne de GAVI pour la souveraineté vaccinale

Le chef de l’Etat sénégalais, Bassirou Diomaye Faye s’est engagé, jeudi à Paris, à œuvrer …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *