Guinée-Mali : la coopération douanière entre les pays prend une autre dimension historique

A compter de ce vendredi 12 août 2022, la Guinée abrite désormais la représentation des Douanes maliennes. C’est le bâtiment des Entrepôts maliens de Guinée (Emagui), sis dans l’enceinte du Port autonome de Conakry qui sert de cadre à cet effet. Un fruit du protocole d’accord signé le 24 avril 1998, définissant les modalités d’utilisation des installations portuaires par les Emagui.La cérémonie d’inauguration de ladite représentation a mobilisé plusieurs membres du gouvernement dont le ministre du Budget, entouré de ses homologues  de l’Économie, des Finances et du Plan, des Pêches, de l’Aquaculture et de l’Économie maritime, des Infrastructures et des Travaux publics, ainsi que du ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation. Aussi, on y notait la présence du Chef d’état-major de la Marine, du Préfet maritime, du Président de la Chambre du commerce et de l’industrie, mais aussi du président du Conseil guinéen des chargeurs, entre autres.

Dans son discours de bienvenue, le Directeur général du Port autonome de Conakry s’est réjoui de la matérialisation de l’installation de la représentation des Douanes maliennes à Conakry. Un acte qui, selon M. Biro Diallo, traduit les bonnes relations de coopération entre la Guinée et le Mali sous le leadership du Chef de l’État Son Excellence le Colonel Mamadi Doumbouya et de Son Excellence le Colonel Assimi Goïta, dont l’engagement patriotique a permis d’accélérer les réformes à travers le rapprochement des deux Douanes.Prenant la parole, le Directeur Général des Douanes maliennes à tout d’abord salué l’excellence des relations de coopération existant si heureusement entre la République de Guinée et la République sœur du Mali. A titre d’exemple, l’Inspecteur général Amadou Konaté a rappelé la solidarité de la Guinée à l’endroit de son pays au lendemain de l’embargo imposé au Mali au mépris flagrant de toutes les règles et conventions communautaires. « Avant l’embargo, les entrées à partir du Port autonome de Conakry, nous étions à une moyenne de 15 cargaisons par jour. Nous sommes heureux de vous dire qu’aujourd’hui, nous sommes à une moyenne de 75 à 80 cargaisons par jour au niveau de Kourémalé », s’est-il félicité.Arguant que le port de Conakry demeure toujours un enjeu de coopération économique pour la Guinée et le Mali, compte tenu de leur proximité géographique et sociologique, l’orateur  a indiqué que la représentation des Douanes maliennes au Port autonome de Conakry correspond au cahier de charges dont l’objectif majeur est la facilitation du transit des marchandises maliennes via le port de Conakry. C’est le Colonel Abdoulaye Soumaré qui est désigné représentant des Douanes maliennes à Conakry.
Selon l’Inspecteur général Amadou Konaté, ce cadre a été choisi pour ce poste en raison de ses qualités professionnelles, prompt à valoriser le corridor Guinée-Mali. « A titre de rappel, l’implantation de la représentation des Douanes maliennes en Guinée est une des recommandations fortes de la grande Commission mixte de coopération entre la République de Guinée et la République du Mali tenue à Bamako les 27 et 28 avril 2017. Cette préoccupation, nous l’avons réitérée lors de nos travaux dès Deuxième et Troisième Bilatérales qui ont eu lieu respectivement à Kourémalé et à Bamako les 11 et 12 août 2016 et les 8 et 8 février 2022 », a-t-il contextualisé.

Pour sa part, le Directeur Général des Douanes de Guinée a déclaré que la mise en place de la représentation des Douanes maliennes au Port autonome de Conakry est la traduction concrète de l’une des recommandations fortes faites lors de la Troisième Bilatérale à Bamako. Une mise en place vient renforcer davantage les relations fraternelles et commerciales entre les deux pays frères.

Poursuivant, le Colonel Moussa Camara a rappelé que dans le cadre du raffermissement de la relation bilatérale historique entre la République de Guinée et la République sœur du Mali, nombreux instruments de coopération ont été signés et qui soient  relatifs au domaine douanier, notamment ceux qui portent sur le transit et le tri.
« A titre de rappel, le transit est un régime douanier qui consiste au transport des marchandises d’un bureau de douane à un autre, en suspension des droits et taxes et de toutes autres mesures de production. Il est pertinent donc de rappeler que la suspension des droits et taxes rend le régime très sensible et interpelle non seulement nos deux administrations, mais aussi tous les acteurs et partenaires à jouer pleinement leur rôle chacun en ce qui le concerne. Bref, en cas de déversement frauduleux des marchandises en transit sur le territoire, il en résulte un ma.que à gagner pour le pays en termes de recettes douanières », a évalué le Directeur Général des Douanes.
« C’est pourquoi je me réjouis de l’installation de la représentation des Douanes maliennes en République de Guinée qui contribuera, j’en suis sûr, à sécuriser davantage les opérations de transit. Et je reste convaincu qu’en dépit de nombreux défis qui se posent à nos administrations, les opérations de transit se passeront avec beaucoup de sécurité et de fluidité à l’effet de rendre le corridor Conakry-Bamako plus performant », a exprimé le Colonel Moussa Camara.

Voir Aussi

Durée de la transition guinéenne : la CEDEAO rejette les 36 mois

Avec le Mali voisin, la Guinée sera au cœur des débats du sommet extraordinaire délocalisé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 × 11 =