Données personnelles : Meta écope d’une lourde sanction en Irlande

Le groupe Meta, maison mère de Facebook, a écopé, mercredi, de deux lourdes amendes d’un total de 390 millions d’euros pour violation du règlement européen sur les données (RGPD).

La Commission irlandaise pour la protection des données (DPC) a indiqué dans un communiqué que Meta avait violé « ses obligations en matière de transparence » et se fondait sur une base juridique erronée « pour son traitement des données à caractère personnel à des fins de publicité » ciblée.

L’association de défense de la vie privée Noyb, à l’origine des plaintes contre le groupe, déposées le 25 mai 2018, date d’entrée en vigueur du RGPD, accusait Meta de réinterpréter le consentement « comme un simple contrat de droit civil », qui ne permet pas de refuser la publicité ciblée.

La Noyb s’est félicitée de cette décision qui forcera Meta à mettre en place « une option de consentement » pour l’utilisation des données personnelles de ses utilisateurs, faute de quoi l’entreprise « ne peut pas utiliser leurs données pour une publicité personnalisée ».

Selon la DPC, Meta dispose de trois mois pour « mettre ses opérations de traitement de données en conformité ».

Le gendarme irlandais a déjà condamné le géant californien en septembre à une amende de 405 millions d’euros pour des manquements dans le traitement des données de mineurs, et en novembre à hauteur de 265 millions d’euros pour ne pas avoir protégé suffisamment les données de ses utilisateurs.

Voir Aussi

Présidentielle 2024 : vers une révision exceptionnelle des listes électorales au Sénégal

Une révision exceptionnelle des listes électorales aura lieu en prélude à l’élection présidentielle de 2024, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
21 − 9 =