Le cinéma nigérian veut renforcer sa visibilité

Dans ce studio à Lagos au Nigeria, se déroule le tournage d’une pièce de six minutes intitulée « Father Forgive Me » qui raconte l’histoire d’un prêtre aux prises avec un dilemme moral, qu’Esther Abah filme à mi-chemin d’un cours de 11 semaines sur le 7e art avec EbonyLife Creative Academy.

Projet conjoint entre la maison de production EbonyLife  et le gouvernement de l’État de Lagos vise à former des étudiants à la réalisation d’histoires africaines destinées à un public international plus large.

« C’est une expérience formidable parce que je vois maintenant le cinéma sous un angle différent et je comprends vraiment ce qu’est le cinéma, mieux maintenant que ce que je savais avant. », explique Esther Abah étudiante nigériane en cinéma.

Environ 500 candidats prennent part à ce programme financé par les pouvoirs publics. Les cours sont dispensés par des cinéastes d’Afrique du Sud, du Kenya et du Nigeria.

« Nous avons des talents à Lagos, au Nigeria, mais pour travailler à l’échelle internationale, cela change un peu. En d’autres termes, nous permettons à ces personnes de suivre un cycle de production complet, du développement du scénario au casting, en passant par la pré-production, la production et la post-production. ’’, explique Theart Korsten, directeur de l’école EbonyLife Creative Academy.

L’idée consiste à former des cinéastes capables de renforcer la tendance du 7e art nigérian à l’export. Notamment à travers les plateformes de premier plan.

Parmi les étudiants de l’académie, certains ont déjà participé à la production du premier film original de Netflix en provenance du Nigeria, « Blood Sisters« , qui raconte l’histoire de deux amies impliquées dans un meurtre accidentel.

« Je pense que ce que Netflix et toutes ces autres plateformes ont fait, c’est nous exposer à des contenus au-delà d’une région particulière. Ainsi, vous avez des contenus d’Inde, non, l’Inde était plutôt connue, mais vous en avez de Corée du Sud, vous en avez d’Amérique du Sud, vous en avez d’Europe, un pays obscur d’Europe… et ce sont des choses contemporaines courantes. Ainsi, beaucoup de Nigérians, les cinéastes, réalisent maintenant que leurs histoires peuvent être vues à une échelle universelle, mais en même temps, ils doivent se conformer à une certaine éthique, à des techniques de narration. », a déclaré Daniel Oriahi, chef du département de la réalisation.

L’industrie cinématographique nigériane a représenté 2,3 % du PIB national, soit 660 millions de dollars l’année dernière, selon le rapport PwC Global Entertainment and Media Outlook.

Voir Aussi

Congo : pourquoi le ministre des Finances a-t-il été limogé ?

Le président congolais Denis Sassou Nguesso a procédé samedi soir à un léger réaménagement de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 + 17 =