Nigeria : au moins 100 personnes enlevées à Kajuru

Des bandes armées ont attaqué deux villages du nord-ouest du Nigeria au cours du week-end et ont enlevé au moins 100 personnes de leurs maisons, ont déclaré des habitants et un fonctionnaire de l’État à l’Associated Press lundi, ce qui constitue le dernier enlèvement de masse dans la région.

Les tireurs ont attaqué les communautés de la région de Kajuru, dans l’État de Kaduna, samedi et dimanche, a déclaré Usman Dallami Stingo, qui représente Kajuru à l’assemblée législative de l’État.

C’est dans l’État de Kaduna que près de 300 écoliers ont été enlevés il y a moins de deux semaines. Les derniers enlèvements, comme les précédents, ont été attribués à des groupes de bandits connus pour leurs massacres et leurs enlèvements dans les régions du nord-ouest et du centre du Nigeria. La plupart des bandits étaient auparavant des éleveurs en conflit avec les communautés locales.

Les ravisseurs ont attaqué la communauté Dogon Noma tôt samedi et ont enlevé 14 femmes, puis ont attaqué la communauté Kajuru-Station dans la nuit de dimanche à lundi et se sont emparés de 87 personnes, a déclaré Stingo.

« Il n’y a aucune présence des forces de sécurité à proximité », a-t-il ajouté, faisant écho aux préoccupations concernant l’absence de forces de sécurité dans les villages isolés de la région, où les arrestations sont rares.

Au moins huit des personnes enlevées lors des dernières attaques étaient des proches de Madaki Tanko Aridu à Dogon Noma, qui ont déploré l’absence de réaction des agences de sécurité. « Jusqu’à présent, aucun homme de main n’a été signalé à cet endroit », a-t-il déclaré.

Les forces de sécurité, quant à elles, doivent encore fournir des informations publiques sur l’opération de sauvetage des écoliers enlevés au début du mois dans la ville de Kuriga, à Kaduna. On pense que les enfants sont retenus en otage dans les vastes forêts qui relient la plupart des États de cette région troublée.

Le président Bola Tinubu, élu l’année dernière à la tête de ce pays de plus de 210 millions d’habitants, a exclu le versement de rançons – comme c’est souvent le cas – dans le cadre de l’opération de libération des enfants.

Le gouvernement de M. Tinubu n’a pas immédiatement commenté les dernières attaques.

Voir Aussi

Adama Dieng nommé envoyé spécial de l’UA pour la prévention du crime de génocide et les atrocités de masse en Afrique

Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a nommé samedi le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 × 2 =


Disponible sur Google Play

Articles récents