Présidentielle : le Kenya à l’écoute de la Cour Supreme

Sa sortie était attendue après l’annonce des résultats de la présidentielle du 9 août donnant vainqueur son rival William Ruto avec plus de 50 % de voix. Raila Ondinga s’est exprimé mardi. Le candidat malheureux de la présidentielle a rejeté le verdict de la commission électorale et décidé saisir la Cour suprême de son pays pour obtenir son annulation.

« Notre opinion au sein de l’Azimio (coalition, ndlr) est claire : les chiffres annoncés par monsieur Chebukati sont nuls et non avenus. Il a agi en toute impunité et au mépris total de la constitution et de nos lois. Ce n’est pas à nous de décider s’il a commis un délit, nous laissons cette prérogative aux autorités compétentes. », a déclaré Raila Ondinga.

Alors que le pays redoutait un éventuel appel à manifester, le vétéran de l’opposition kényane a donc choisi d’utiliser les mécanismes de règlement des litiges existants pour tenter d’inverser la tendance. Une option saluée par ses partisans.

« Tout le monde attendait sa déclaration, il aurait pu nous appeler à descendre dans la rue, afin de manifester. je me réjouis de l’opinion pacifique qu’il a choisie, et j’apprécie vraiment les mots polis de notre président élu. », explique Omari Akello, habitant de Kisumu.

Pour ses partisans en effet, Raila Ondinga est le vrai vainqueur de la présidentielle. La balle est désormais dans le camp de la Cour suprême qui devra trancher ce contentieux électoral. En 2017, elle avait invalidé les résultats de la présidentielle en raison d »irrégularités », fait inédit sur le continent.

Voir Aussi

Afrique du Sud : Ramaphosa exige une action des pays pollueurs

Devant le Parlement britannique, mardi, le président Cyril Ramaphosa a appelé Londres à plus d’action …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
5 + 10 =