Sahara : clarté et fermeté, les nouvelles bases de la diplomatie marocaine

Sur le dossier du Sahara marocain, les positions ambiguës ont fait leur temps. Le temps est désormais aux positions claires. Tel est le message clé contenu dans le discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion du 69e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple. «Le dossier du Sahara est le prisme à travers lequel le Maroc considère son environnement international. C’est aussi clairement et simplement l’aune qui mesure la sincérité des amitiés et l’efficacité des partenariats qu’il établit», a souligné le Souverain. À ce propos, le professeur de droit et politologue Mustapha Sehimi souligne au «Matin» qu’«il s’agit d’un principe : c’est sur la base de cette cause que le Maroc appréhendera son environnement international». Cela signifie, précise M. Sehimi, que ce sera le critère décisif de l’appréciation de «la sincérité des amitiés et de l’efficacité des partenariats qu’il établit». À cet égard, S.M. le Roi n’a pas manqué de relever l’ambigüité de certains pays, partenaires traditionnels ou nouveaux, entretenant encore des positions équivoques, lesquelles doivent être clarifiées et remises au net, rappelle le politologue. «À quelques jours de la visite du Président français en Algérie, nul doute que ce message fort s’adresse aussi, et surtout, à Paris», affirme M. Sehimi. Aussi, et concernant la référence faite par le Discours Royal aux «grandes percées aux niveaux régional et international, qui toutes ont été favorables à la position juste et légitime du Royaume sur la marocanité du Sahara», M. Sehimi indique dans ce sens que «référence a été faite à la continuité de la politique américaine sur la reconnaissance en décembre 2020 de la marocanité des provinces sahariennes récupérées, réitérée par la nouvelle administration démocrate de Joe Biden, et à d’autres actes : la position claire et responsable de l’Espagne qui historiquement a une connaissance parfaite des tenants et aboutissants historiques de ce conflit». Celle aussi du positionnement constructif à l’égard de l’initiative marocaine d’autonomie de certains pays européens (Allemagne, Hollande, Portugal, Serbie, Hongrie, Chypre et Roumanie). Celle encore d’une trentaine de pays qui ont ouvert des consulats à Laâyoune et Dakhla, un «appui clair et net à l’intégrité territoriale du Royaume et à la Marocanité du Sahara», et ce de la part d’États arabes, africains d’Amérique latine et des Caraïbes.

Un discours qui réitère la position ferme du Maroc concernant le dossier du Sahara

La date du 20 août de chaque année est pour le Souverain une occasion et une opportunité de rappeler les constantes de la Nation et plus particulièrement les dossiers fondamentaux comme celui du Sahara marocain, indique de son côté le professeur de relations internationales à l’Université Mohammed V de Rabat, Mohammed Zakaria Abouddahab. «Dans ce discours du 20 août 2022, Sa Majesté le Roi a rappelé les réalisations majeures accomplies dans le cadre de la défense de notre intégrité territoriale», souligne dans une déclaration au «Matin» M. Abouddahab, faisant remarquer que le Souverain a évoqué dans ce sens la réceptivité et le soutien de nombreux pays influents à l’Initiative d’autonomie, considérée comme la seule voie possible pour le règlement de ce conflit régional artificiel.

À ce titre, et comme l’a rappelé le Souverain, l’Administration Biden n’a pas changé d’un iota sa position sur la question du Sahara marocain, par rapport à celle adoptée par l’Administration dirigée par Donald Trump, dit M. Abouddahab. «Cette position américaine est définitive», affirme le professeur de relations internationales qui cite encore parmi les grandes avancées dans le dossier du Sahara l’ouverture d’une trentaine de consulats à Laâyoune et Dakhla. Le Souverain, poursuit M. Abouddahab, a également salué les positions constantes de plusieurs pays frères et amis et les positions claires de plusieurs pays qui ont soutenu ouvertement le plan marocain d’autonomie, avec à leur tête l’Espagne, mais aussi l’Allemagne et d’autres pays comme la Hollande, le Portugal, la Serbie, la Hongrie, Chypre et la Roumanie. Il était aussi question lors de ce discours de rappeler l’ouverture du Maroc sur d’autres régions géographiques comme les Caraïbes, ajoute le professeur Abouddahab, soulignant que toute cette dynamique «confirme que nous sommes dans une trajectoire diplomatique extrêmement positive, mais ce travail doit être maintenu». Et de noter qu’«à ce titre, Sa Majesté a rappelé que le grand défi consiste à renforcer le front intérieur pour défendre avec tous les moyens dont on dispose notre unité nationale et notre intégrité territoriale», ajoutant qu’il «n’est pas sans intérêt de rappeler également que ce discours du 20 août 2022 s’inscrit dans la continuité des discours précédents, notamment celui de l’année dernière au cours duquel le Souverain a également rappelé ce genre de constantes».

L’intégrité territoriale, la ligne rouge

Sereine et déterminée, la diplomatie marocaine se dresse comme un véritable rempart contre toute tentative de porter atteinte aux intérêts supérieurs du Royaume et à leur tête, le Sahara marocain. Forte de la justesse de ses causes, de ses positions de principe et de la pertinence de ses choix, la diplomatie du Royaume sait se montrer ouverte, privilégiant le dialogue et le compromis, comme elle sait se montrer ferme et intraitable à chaque fois que les symboles et les fondamentaux de la nation marocaine sont en jeu. Entreprenante et sage, elle gère, sous la conduite éclairée de S.M. le Roi, le dossier du Sahara marocain avec finesse et lucidité et beaucoup de réalisme. Le «Maroc restera dans son Sahara, et le Sahara demeurera dans son Maroc jusqu’à la fin des temps», a dit S.M. le Roi Mohammed VI, dans le discours à l’occasion du 39e anniversaire de la «Marche Verte». «Lorsque le Maroc a ouvert la porte à la négociation pour trouver une solution définitive au conflit artificiel suscité autour de son Sahara, ce choix ne portait et ne portera en aucune manière sur sa souveraineté et son intégrité territoriale», a-t-il souligné dans son adresse à la Nation. La fermeté et l’intransigeance sur les principes n’a d’égal que l’attachement à la légalité internationale et aux solutions politiques pour régler les différends. Et c’est cet équilibre et cette clarté qui fait la force des positions du Royaume. «Le Maroc n’a aucun complexe pour négocier avec qui que ce soit, aussi bien directement que par le biais de la médiation onusienne. Mais là, il faut insister sur le fait que la souveraineté du Maroc sur l’ensemble de son territoire est immuable, inaliénable et non négociable. Aussi, le choix fait par le Maroc de coopérer avec toutes les parties, en toute sincérité et bonne foi, ne doit pas être interprété comme une faiblesse ou servir de prétexte pour réclamer plus de concessions», martelait le Souverain dans un de ses discours. Avec la même fermeté et la même détermination, la diplomatie marocaine a géré ses crises avec l’Espagne et l’Allemagne dernièrement et avec la France il y a quelques années déjà.

Voir Aussi

Sao Tomé-et-Principe : le Portugal enquête sur la tentative de coup d’Etat

Le Portugal a annoncé lundi avoir dépêché une équipe d’enquêteurs et d’experts de la police …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
34 ⁄ 17 =