Contribution: A quand un mois de Quartier Général sans mettre les confréries en compétition?

 

 

Lors de l’émission Quartier Général du vendredi 31 Mai 2019, j’ai remarqué que l’animateur Pape Cheikh Diallo, a répété au moins à 4 reprises : « La religion n’est pas une compétition ». Et je me suis demandé pourquoi est ce qu’il répétait sans cesse cette phrase ? Peut être parce qu’il était surpris et désolé de voir que les téléspectateurs ont commencé à faire de l’émission, une compétition entre chefs religieux. Je dis bien qu’il est peut-être surpris, car croyant fermement, que l’objectif initial de la Télévision Futurs Médias était très positif. Quand ils ont pensé discuter des guides religieux du Sénégal, je suis convaincu qu’ils voulaient juste montrer le parcours méritant de ces derniers. Force est de reconnaître que cet objectif n’a été atteint que partiellement. Et je me demande est ce que l’impact obtenu en vaut vraiment la peine ? Parce que ce dernier est tout simplement déplorable, dangereux et même honteux pour un pays comme le nôtre, faisant partie de ces pays d’Afrique les moins instables. La remarque est qu’après chaque émission QG abordant le parcours d’un des guides religieux, on assiste à de futiles et puériles polémiques qui ne servent qu’à exposer ces guides religieux à des propos discourtois. Nous voyons même de jeunes internautes qui vont jusqu’à s’injurier et injurier ces hommes de Dieu (que Dieu nous en préserve). Personnellement, ça me fait très mal ! Et les questions qui me viennent à l’esprit sont : Depuis quand les guides religieux sont en compétition ? Qu’est ce qui s’est passé pour qu’on en arrive à ce faible niveau de réflexion et d’état d’esprit négatif ?
Beaucoup de gens sont forcés de vivre cette situation très inconfortable et gênante, qui s’étend généralement sur plusieurs semaines. Pendant cette période, tout le pays est sous tension. Rien qu’à voir les statuts WhatsApp, nous sentons un climat de guerre froide entre coreligionnaires. Et le comble, c’est que nous nous éloignons de l’essentiel. Pour une période où nous sommes censés rester focus et concentrés sur les bienfaits du ramadan, notre attention est détournée par des balivernes. Alors je dis oui à l’émission QG, mais à quand un mois de quartier général sans mettre les confréries en compétition ?
Je peux affirmer sans risque de me faire contredire, que le Sénégal est un pays où règne la paix. Mais cette dernière est à entretenir et à préserver. Chaque Sénégalais a le devoir et l’obligation de jouer sa partition dans le maintien de cette stabilité. Quand je dis chaque Sénégalais, je fais allusion à tous, sans distinction d’âge, de sexe, de race ou de religion. Et pour assumer pleinement cette responsabilité, chacun doit s’assurer de toujours dire et faire des choses qui renforcent cette paix si précieuse. Quand le musulman parle de sa religion, est ce qu’il a besoin de dire du mal des autres religions ? Quand le tidjane, le mouride, le khadre, le layenne parle de sa confrérie, a-t-il besoin de dire du mal des autres confréries ? Nous jeunes de ce pays, devons donner le bon exemple et essayer de faire partie de ceux qui font bouger le Sénégal dans le bon sens. Ne pensez-vous pas que nous gagnerions mieux à parler d’entrepreneuriat, de leadership ou des compétences à acquérir d’ici 2020… Au lieu d’aborder des sujets qui, non seulement ne nous mènent à rien, mais participent à faire baisser le niveau de compétence de cette jeunesse en faisant la promotion de la médiocrité. Toi, jeune de ce pays, le téléphone ou l’ordinateur que tu utilises pour proférer des injures, pourrait bien te permettre de développer tes compétences et tes connaissances dans plusieurs domaines. Toi qui te réclame prêcheur dans les foyers religieux, quand tu parles du parcours de ton guide, as tu besoin d’insinuer que les autres n’ont aucun mérite ? Je pense que non. Nous pouvons bel et bien parler de notre religion ou de notre confrérie en faisant preuve d’élégance morale. C’est à dire évoquer tout le bien que nous connaissons de notre guide, sans pour autant fustiger les autres sur ce qu’ils ont de plus précieux, la foi. Mais sommes-nous élégants sur le plan moral comme nos grands parents ? Avons-nous le sens de la mesure ? Et cette dernière me fait penser à une phrase d’un de ces érudits du Sénégal, qui disait : « être trop musulman, trop chrétien ou trop juif, cela risque de nous basculer dans le vide du sectarisme. Soyons partisans de Dieu si nous voulons vivre en paix. »
Et vous, présentateur ou directeur des programmes d’une télévision, êtes vous fiers de voir qu’après une de vos émissions, l’impact que vous avez obtenu n’est rien d’autre que des injures entre différentes communautés, dès le lendemain de l’émission?
Monsieur Birane Ndour, Directeur Général du groupe Futurs Médias, je ne sais pas si vous êtes au courant ou non. Mais je vous informe de cette situation déplorable, que nous vivons depuis le lancement de l’émission QG. En effet, cette dernière est aujourd’hui considérée par une partie de la population, comme étant une compétition entre guides religieux. Si vous voulez des preuves de ce que j’avance, faites un tour sur les réseaux sociaux et lisez les commentaires.
Vous pourriez peut-être me demander pourquoi vous et pas les autres télévisions ? Mais c’est tout simplement parce que les autres, n’ont fait que copier votre concept. Donc c’est votre responsabilité en tant que Leader, de renverser la tendance et les autres suivront.
Je reste convaincu, que vous prendrez les mesures nécessaires afin de jouer votre partition sur la pérennisation de la paix au Sénégal.
En tant que chercheur et formateur en Leadership et Communication interpersonnelle, je me sens obligé d’observer et d’alerter la population, avant que ça ne soit trop tard. Si nous ne faisons rien pour arrêter cette tension froide entre certaines confréries, nous le regretterons un jour ou l’autre. Si nous voulons éviter le pire, chaque Sénégalais doit assumer pleinement ses responsabilités, en jouant sa partition dans cette consolidation de la paix. Avant de dire ou de faire quoi que ce soit, posons-nous d’abord la question suivante : Est ce que nos propos et/ou nos actes, participeront à consolider ou à fragiliser la paix qui règne dans ce pays depuis plus de 400 ans ?
Donc TFM, votre émission QG, participe-t-elle à consolider ou à fragiliser cette paix ? Nous comptons sur vous pour revoir le contenu des émissions, susceptibles d’aborder des sujets aussi sensibles que les religions.
En définitive, je peux dire que tous ces comportements de certains sénégalais, me poussent encore une fois de plus, à poser ma fameuse question à savoir : Sénégalaises, Sénégalais, sommes-nous intelligents sur le plan émotionnel ?

 

Amadou Niang
Chercheur et Formateur en Leadership et
Communication Interpersonnelle
amadouniang7@gmail.com
Page Facebook : Leadership Academy

Voir Aussi

Sénégal: l’activité industrielle se bonifie de 4,8% en mai 2019

    Après une chute de 4,7% enregistrée au mois d’avril 2019, l’activité industrielle du …

Un commentaire

  1. Vérité absolue! La majorité des sénégalais pensent comme toi. Personne ne peut diviser ce que Dieu a rassembler. Ce sont les ignorants et cceux qui ne représentet absolument rien aux yeux du marajout qu’ ils pensent defendre…je ne sais même pas contre quoi?….et qui insultent en leur nom..soubhanalah! …ceux qui pensent que l ‘ amour d ‘ un disciple vers son guide se manifeste oralement et par des slogans…ce sont ces attardés spirituels qui n ‘ ont rien compris qui nous tympanisent …avec bien sur l ‘a aide de quelques chanteurs religieux et conférenciers qui au fond sont des embauchés ininconscients de Satan….mais le socle de paix 3est là et l ‘ amour que nous portons à nos guides ceux qui ont tracé la voie essentiellement les petits fils de Mame marame…Que Dieu soit fière de lui et de sa descendance….est la intact mais on ne crie pas eparceque c ‘ est plus profond que ces futilités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 × 9 =