Burundi : un nouveau Premier ministre sur fond de tensions

Le ministre de l’Intérieur Gervais Ndirakobuca a été nommé mercredi Premier ministre du Burundi sur proposition du chef de l’Etat, qui avait évoqué la semaine dernière une « tentative de coup d’État », a annoncé la télévision d’État.

L’assemblée nationale « approuve par 113 votes sur 113 la candidature du lieutenant général de police Gervais Ndirakobuca au poste de Premier ministre tel que proposé par le chef de l’Etat » Evariste Ndayishimiye, a détaillé la RNTB.

Le nouveau chef du gouvernement remplace Alain Guillaume Bunyoni, moins d’une semaine après que le chef de l’Etat a dénoncé devant des officiels ceux qui se croient « tout-puissants » et qui auraient des velléités de « coup d’Etat » dans son entourage et passent leur temps « à saboter » son action.

Nommé ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique depuis 2020, Gervais Ndirakobuca est un membre du premier cercle des généraux issus de l’ex-rébellion qui contrôlent aujourd’hui le pays.

C’est pendant la guerre civile burundaise (300 000 morts entre 1993 et 2006) qu’il a acquis son surnom, Ndakugarika, littéralement « Je vais t’étendre raide mort » en kirundi, la langue nationale.

Les Etats-Unis et l’Union européenne ont instauré des sanctions en 2015 contre le général Ndirakobuca.

Voir Aussi

Durée de la transition guinéenne : la CEDEAO rejette les 36 mois

Avec le Mali voisin, la Guinée sera au cœur des débats du sommet extraordinaire délocalisé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 × 10 =