Coup d’Etat institutionnel à la CEDEAO ?

Nous avons toujours à l’esprit la position intransigeante de la CEDEAO, relative aux coups d’Etats dans la région. Elle décide à travers son organe suprême qu’est la Conférence des Chefs d’Etats et de Gouvernements de la suspension de l’Etat en question de toutes les institutions de la CEDEAO. Les cas d’actualité sont le Mali, la Guinée et le Burkina Faso où la CEDEAO pour suspendre ces Etats de toutes ses institutions, s’est basée sur le protocole d’additionnel a/sp1/12/01 sur la démocratie et la bonne gouvernance additionnel au protocole relatif au mécanisme de prévention, de gestion, de règlement des conflits, de maintien de la paix et de la sécurité.

Il se trouve que la CEDEAO sensée être l’institution moralisatrice des Etats et gardienne du respect des textes communautaires est la première à transgresser ses propres règles. Les récents scandales dénoncés sur les recrutements au Parlement de la CEDEAO et à l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), ont conduit à leur suspension pour la première institution et à leur annulation pour la seconde. Au niveau de cette dernière dont le siège est à Bobo-dioulasso, un coup d’Etat institutionnel se prépare. En effet, le Dr Mèdessi Yves Armand MONGBO, Professionnel en charge de la Santé de la Mère et de l’Enfant à l’OOAS, un ancien de la maison a courant juillet 2022 passé avec succès les tests et interviews pour le recrutement d’un nouveau Directeur Général de l’OOAS. La Réunion Ad hoc du Conseil des Ministres de la CEDEAO tenue le 19 juillet 2022 à Abuja au NIGERIA a validé le rapport du comité de sélection des candidats au poste de Directeur Général de l’OOAS proclamant ainsi le Dr MONGBO Directeur Général de l’OOAS. En dépit de tout cela, le Professeur Stanley OKOLO Directeur Général de l’OOAS sortant, a refusé le 1er Août 2022 catégoriquement de passer le service invoquant de mauvaise foi n’avoir pas été informé de cette décision sans doute parce qu’il est en complicité avec le candidat Aïssi à qui il voulait passer le service mais classé deuxième dans la compétition après Dr Mèdessi Yves Armand MONGBO déclaré premier donc vainqueur pour le poste de Directeur Général de l’OOAS. Cette tentative de coup d’Etat avortée est une illustration de velléités flagrantes de violation des règles d’excellence, de bonne gouvernance, d’équité et de justice au sein de la CEDEAO. C’est pourquoi, le Personnel de l’OOAS réuni à travers l’Association des Travailleurs de l’OOAS (ATO) a installé ce jour le Dr Mèdessi Yves Armand MONGBO dans les fonctions du Directeur Général de l’OOAS conformément à la décision qui l’a nommée.
Vivement que ce type d’association existe dans nos différentes administrations publiques pour faire échec à la fraude.

Voir Aussi

Mali : le Président de la transition à remis des équipements et aéronefs à l’Armée de l’air

Le Président de la Transition, SE le Colonel Assimi GOÏTA, Chef de l’État, a présidé, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
39 ⁄ 13 =