Etre femme musicienne au Sénégal, le talent est malheureusement loin de suffire

Si jadis la musique féminine était globalement l’apanage des griotes, de plus en plus de jeunes sénégalais s’y adonnent actuellement, notamment dans la musique moderne: Rnb, Rap…, mais aussi le Mbalax sénégalais.

Toutefois, ces femmes font face à de nombreux préjugés et obstacles pour s’épanouir dans le métier qu’elles ont choisi.

Ainsi, le temps d’une séance d’écoute pour le nombreux public venu assister à des répétitions, ces femmes, regroupées au sein d’une association dénommée l’Association des femmes musiciennes du Sénégal (ASFEM), pour mieux faire entendre leurs voix, affichent leur détermination sans faille pour surpasser les préjugés et résister aux nombreuses tentations.

Au Sénégal, l’amour de la musique et le talent ne suffisent pas toujours à ces femmes pour réussir. Il faut une détermination sans faille et une grande force de caractère pour percer dans ce milieu dominé par les hommes.

Malgré toutes les contraintes, Khoudia et ses amies de l’ASFEMS y croient, leurs répétitions sont toujours appréciées et leurs belles voix ne laissent personne indifférent.

L’album qu’elles préparent est attendu. Elles en sont aux derniers réglages et espèrent donner un produit qui laissera des traces dans les annales de la musique sénégalaise.

Elou Fall, artiste musicien bien connu au Sénégal, donne une note honorable à Khoudia et compagnie. L’album qu’elles préparent est attendu.

Par Moustapha Cissé

Voir Aussi

Afrique du Sud : Zuma en passe d’être expulsé de l’ANC

L’ancien président sud-africain Jacob Zuma devrait faire l’objet d’une audience disciplinaire du Congrès national africain …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *