FORUM ABIDJAN 2023 : le DG de l’APIX décline les ambitions de la ville de Diamniadio 

La 9e édition de l’Africa CEO Forum qui s’est ouvert lundi et se poursuivra pendant deux jours à Abidjan, est le plus grand rendez-vous du secteur privé africain. Elle réunit plusieurs chefs d’État et de gouvernement dont le président ivoirien, Alassane Ouattara. 

Co-animateur du panel « TABLE RONDE SUR DÉMOGRAPHIE, DÉVELOPPEMENT : LES VILLES NOUVELLES SONT-ELLES UNE REPONSE ADAPTÉE ? », le Directeur Général de l’Apix qui a fait le déplacement, a cité l’exemple de Diamniadio où se developpe un nouveau pôle urbain. Une ville durable qui répond aux préoccupations de modernisation.  
À l’en croire, le concept de ville nouvelle appelle également à une distribution optimale des espaces de vie et de travail avec la mise en oeuvre de zones industrielles ou zones économiques spéciales. Le DG de l’Apix a ainsi décliné les ambitions de la ville de Diamniadio et ses extensions jusqu’à Diass sous l’impulsion de Son Excellence, le Président Macky Sall. Il s’agit d’une nouvelle ville en plein essor qui abrite des cités administratives comme la Maison des Nations Unies réalisée par Envol immobilier, le Cicad et le Centre des expositions, des ouvrages autoroutiers et ferroviaires, des infrastructures hospitalières et sportives… 

Dans la perspective de Forum Invest in Sénégal prévu du 6 au 8 juillet prochain, le Directeur Général de l’Apix a rassuré les hommes d’affaires participant au Ceo Forum quant à la capacité du Sénégal de surmonter les obstacles vu le contexte de crise que vit le Sénégal. Il a exposé les différentes réformes de l’environnement des affaires réalisées pour attirer plus d’investissements privés nationaux et étrangers. 

Il faut rappeler que plus de 2 000 patrons, des chefs d’État et de gouvernement, des décideurs économiques, prennent part à cette édition du Ceo forum placée sur le thème « Réussir malgré les crises, de 300 à 3000, comment accélérer l’émergence de la prochaine génération de champions africains ? »  
Makhtar Diop, directeur général de la Société financière internationale (IFC), établissement relevant de la Banque mondiale en charge du secteur privé, a déploré que l’Afrique soit à ce jour le seul continent qui n’a pas encore connu sa révolution verte. D’après lui, ces champions régionaux et continentaux doivent continuer à affronter au mieux des «polycrises» qui se répandent à travers le monde à intervalles de plus en plus réduits. 
Dans le même temps, ils doivent, selon lui, s’affirmer comme un élément clé du renouveau africain. Au programme de ce forum co-organisé par Jeune Afrique Media Group et IFC, la branche du Groupe de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, des panels d’échanges, de partage d’expériences et de rencontres « B2B ».

Voir Aussi

Afrique du Sud : Zuma en passe d’être expulsé de l’ANC

L’ancien président sud-africain Jacob Zuma devrait faire l’objet d’une audience disciplinaire du Congrès national africain …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *