L’Egypte va assembler son satellite MisrSat-2 dans sa nouvelle ville spatiale

Après l’automobile et les avions de combat, l’Egypte compte se lancer aussi dans un ambitieux projet d’assemblage de satellites. Pour cela, les dirigeants égyptiens ne lésinent pas sur les moyens. La construction d’une nouvelle ville spatiale a été lancée. Celle-ci comprendra toutes les structures et commodités nécessaires pour le développement spatial.

Prévue sur une aire de 123 hectares, cette ville comprendra 23 bâtiments dédiés, dont ceux de l’Agence spatiale égyptienne, le siège de l’Agence spatiale africaine, un centre dédié à la recherche, de conception et de développement des systèmes spatiaux, une académie spatiale, un planétarium et d’autres infrastructures dédiées (bibliothèque, hôtel, salles de réunions…).

Toutefois, l’installation la plus importante de cette nouvelle ville est l’unité d’assemblage de satellites, dotée d’un centre de test. Les premiers éléments de ce centre d’assemblage de satellites seront livrés à partir de septembre prochain en provenance de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni. Et le premier satellite qui sera assemblé dans ce centre sera MisrSat-2, à la fin de l’année en cours. Les phases de conception de ce satellite se sont déroulées en Egypte et en Chine, mais le montage et l’intégration du satellite seront effectués au Centre égyptien d’assemblage, de test et d’intégration des satellites. Ce sera une première sur le continent africain et une réussite de la coopération entre l’Egypte et la Chine dans le cadre de l’initiative «Belt and Road».

Avec ce centre, l’Egypte est le premier pays africain à disposer des capacités complètes d’assemblage, de test et d’intégration de satellites.

Au-delà de l’assemblage de satellites, les autorités égyptiennes souhaitent aussi faire de cette nouvelle ville dédiée à l’espace un centre touristique grâce au Musée de l’espace et au planétarium qui constitueront les points d’attraction touristique à même d’attirer une nouvelle catégorie de touristes intéressés par l’espace.

A noter que le lancement de la construction de cette ville dédiée à l’espace intervient un peu plus de 2 ans après l’adoption, en mars 2020, d’un nouveau plan de développement spatial d’une durée de 10 ans par l’Egypte. A travers ce plan, le pays des pharaons souhaite réduire sa dépendance vis-à-vis des infrastructures étrangères pour ses besoins de communication, d’observation de la Terre, la météorologie, la gestion des catastrophes… Mieux, l’Egypte ambitionne de passer de statut de client à fournisseur de services dans l’industrie spatiale en devenant un centre spatial de référence en Afrique et dans le monde.

Voir Aussi

Guinée : les révélations de l’avocat de Toumba Diakite suite au renvoi de son procès

Ouvert ce mercredi 28 septembre 2022, 13 ans après la commission des faits, le procès …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 × 1 =