Lutte contre le terrorisme : l’Armée malienne traque les meurtriers de Diallassagou

Les criminels qui ont mené une opération meurtrière contre les paisibles populations de cette commune doivent payer leurs crimes. Les Forces armées maliennes sont bien décidées à les rechercher et les livrer à la justice

Une patrouille des FAMa en opération dans le secteur de Bankass

Depuis quelques temps, les groupes terroristes intensifient des attaques à divers endroits du territoire. La stratégie est claire. Montrer que la montée en puissance de l’Armée ne les empêche pas de mener leurs actions meurtrières.
Ils utilisent le mode d’action de la lâcheté. Se dissimuler parmi les populations civiles et attaquer par surprise est un mode opératoire difficile à contrer par les forces armées. Les soldats ne comprennent qu’ils ont affaire à des terroristes que quand des individus se mettent à leur tirer dessus.

De plus en plus, les soldats ne se laissent plus surprendre. Et les terroristes se heurtent depuis un moment à des réactions vigoureuses au niveau des postes de sécurité.

Ce comportement honorable des hommes en tenue à obliger les forces du mal à changer de mode opératoire. Celles-ci s’en prennent maintenant aux populations civiles sans défense.
Le dernier événement en date en est une illustration parfaite. Les terroristes ont mené une opératoire punitive contre de paisibles populations qu’ils accusent d’aider les forces de défense et de sécurité. Plus de 130 personnes ont péri, dans la nuit du vendredi au samedi dernier dans la Commune de Diallassagou, du fait de ces hommes sans foi ni loi qui prétendent agir au nom de l’islam.

Ce massacre a été perpétré pendant que les forces armées et de sécurité continuent de traquer les groupes terroristes. L’Armée révèle, dans un communiqué en date du 21 juin, qu’entre les 20 et 22 juin 2022, des frappes aériennes ont ciblé des plots logistiques et sanctuaires terroristes documentés de la Katiba du Macina d’Amadou Kouffa dans les secteurs de Djenné, Ténenkou, Segué et la forêt de Sama, dans le Cercle de Bankass.

Ces actions s’inscrivent dans le cadre des opérations de protection des populations et de leurs biens. Selon la même source, les frappes sont consécutives à des efforts de recherche et de précision des renseignements sur les auteurs des attaques terroristes contre les populations civiles dans le Cercle de Bankass le 18 juin dernier et sous le leadership de la Katiba du Macina.

«Soumis depuis plusieurs mois à une forte pression des Forces armées maliennes jusque dans leurs zones sanctuaires où ils disposaient d’un certain confort et d’une grande influence par le passé, ces groupes terroristes ont adapté leurs modes d’action et orienté désormais leurs attaques lâches contre les cibles molles et les civils désarmés», regrette la source sécuritaire. Et cela, au mépris des lois de la République du Mali, en violation de tous les droits humains des populations et de toutes les règles relatives au Droit international humanitaire.

L’état-major général des Armées continuera la recherche de tous les responsables de ces crimes inhumains pour qu’ils répondent de leurs actes devant la justice. Il rassure que la traque des assaillants continue dans le cadre du Plan Maliko et de l’Opération Kèlètigui et que les Forces armées maliennes (FAMa) assureront pleinement leurs missions de défense de l’intégrité territoriale et de protection des personnes et leurs biens.

L’état-major genéral des Armées rappelle que les FAMa restent engagées et respectueuses des strictes règles d’engagement qui encadrent leurs actions.

Il est donc évident que l’Armée est bien décidée à mener la traque contre les criminels qui se donnent le droit d’assassiner leurs prochains, prétendument au nom d’une religion dont ils maîtrisent mal les préceptes. Les autorités assurent que certains auteurs des actes criminels de Diallassagou ont été identifiés. Ils seront donc traqués sans relâche jusqu’à ce qu’ils paient leurs crimes.

Voir Aussi

Afrique du Sud : Ramaphosa exige une action des pays pollueurs

Devant le Parlement britannique, mardi, le président Cyril Ramaphosa a appelé Londres à plus d’action …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
1 + 14 =