Nigeria : un réseau de prostitution de 35 adolescentes démantelé

Au moins 35 adolescentes ont été sauvées d’un hôtel du sud-est du Nigeria, où un réseau de trafiquants les forçait à se prostituer et à donner naissance à des enfants qui étaient ensuite revendus.

Les adolescentes âgées de 14 à 17 ans ont été sauvées de l’hôtel Gally, dans la ville de Nkpor, dans l’État d’Anambra, où elles étaient « utilisées comme esclaves sexuelles pour la prostitution et la fabrication de bébé », a expliqué le porte-parole de la police locale, **Tochukwu Ikenga,**dans un communiqué publié mercredi soir.

Quatre de ces adolescentes étaient enceintes. Des armes et de l’argent liquide ont été retrouvés par la police. Trois hommes ont été arrêtés sur les lieux, tandis que le propriétaire de l’hôtel est en fuite, a indiqué la police.

« Les suspects arrêtés sont interrogés en vue d’obtenir des informations sur leur implication et de démasquer d’autres membres du gang », a déclaré le porte-parole de la police. Les suspects arrêtés seront inculpés à la fin de l’enquête, a-t-il ajouté.

Les jeunes filles libérées seront remises à l’Agence nationale du Nigéria pour l’interdiction de la traite des personnes afin qu’elles soient prises en charge pendant un certain temps, précise le communiqué.

Le trafic humain, qui inclut la prostitution forcée et la vente d’enfants, est le troisième crime le plus répandu au Nigeria, derrière la corruption et le trafic de drogue, selon les Nations unies.

Le sud-est du Nigeria est particulièrement touché par ces trafics de femmes et d’enfants. Plusieurs maternités illégales ont été découvertes dans cette partie du pays ces dernières années.

  • Un syndicat de trafiquants d’enfants a été découvert le mois dernier dans l’État d’Ebonyi, après qu’on eut découvert qu’un bébé avait été vendu pour 855 dollars, a indiqué la police. Par le passé, certains bébés ont été vendus pour un prix aussi bas que 168 dollars.

Voir Aussi

Afrique du Sud : Ramaphosa exige une action des pays pollueurs

Devant le Parlement britannique, mardi, le président Cyril Ramaphosa a appelé Londres à plus d’action …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
12 + 21 =