OMC : la croissance du commerce mondial ralentira fortement en 2023

Le commerce mondial devrait perdre de son élan au second semestre 2022 et rester modéré en 2023, alors que de multiples chocs pèsent sur l’économie mondiale, a indiqué mercredi l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Dans un communiqué publié mercredi, les économistes de l’OMC prévoient que les volumes du commerce mondial des marchandises augmenteraient de 3,5% en 2022, soit un peu mieux que les 3,0% prévus en avril. Cependant, pour 2023, ils prévoient une augmentation de 1,0%, en forte baisse par rapport à l’estimation précédente de 3,4%.

Les nouvelles prévisions de l’OMC estiment que le produit intérieur brut (PIB) mondial aux taux de change du marché augmentera de 2,8% en 2022 et de 2,3 % en 2023, ce dernier étant inférieur de 1,0 point de pourcentage aux projections précédentes.

Dans leurs prévisions d’avril, les économistes de l’OMC ont dû s’appuyer sur des simulations pour générer des hypothèses de croissance raisonnables, car le conflit ukrainien ne faisait que commencer et son impact restait inconnu.

Cependant, les économistes de l’OMC ont déclaré mercredi que les estimations d’avril pour 2023 semblaient désormais trop optimistes. Depuis lors, les prix de l’énergie ont grimpé en flèche, l’inflation s’est généralisée et le conflit ne montre toujours aucun signe d’apaisement.

Les économistes ont expliqué que la demande d’importation devrait ralentir, car la croissance ralentit dans les principales économies pour diverses raisons.

Les prix élevés de l’énergie résultant du conflit russo-ukrainien comprimeront les dépenses des ménages et augmenteront les coûts de fabrication en Europe ; le resserrement de la politique monétaire touchera les dépenses sensibles aux taux d’intérêt dans des domaines tels que le logement, les véhicules à moteur et l’investissement fixe aux Etats-Unis.

L’augmentation des factures d’importation de carburants, de produits alimentaires et d’engrais pourrait entraîner une insécurité alimentaire et un surendettement dans les pays en développement.

« Les décideurs politiques sont confrontés à des choix peu enviables alors qu’ils tentent de trouver un équilibre optimal entre la lutte contre l’inflation, le maintien du plein emploi et la promotion d’objectifs politiques importants tels que la transition vers une énergie propre », a déclaré la directrice générale de l’OMC, Ngozi Okonjo-Iweala.

« Le commerce est un outil vital pour améliorer l’offre mondiale de biens et de services, ainsi que pour réduire le coût de l’atteinte de zéro émission nette de carbone », a-t-elle déclaré.

« Alors que les restrictions commerciales peuvent être une réponse tentante aux vulnérabilités de l’offre qui ont été exposées par les chocs des deux dernières années, un repli des chaînes d’approvisionnement mondiales ne ferait qu’aggraver les pressions inflationnistes, entraînant un ralentissement de la croissance économique et une baisse du niveau de vie au fil du temps », a-t-elle noté.

Voir Aussi

Sao Tomé-et-Principe : le Portugal enquête sur la tentative de coup d’Etat

Le Portugal a annoncé lundi avoir dépêché une équipe d’enquêteurs et d’experts de la police …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
1 + 7 =