Protection de la nature : près de 6 millions d’hectares de forêts classées au Sénégal

Au Sénégal, la protection de la forêt est une réalité. D’après le directeur des eaux et forêts, chasses et de la conservation des sols, le colonel Major, Baïdy Ba, sur 13.140.000 hectares de forêts, 5.954.473 ha sont classés. Environ 8.068.160 d’hectares sont constitués de forêts densesEn faisant le bilan des activités de son institution pour l’année 2022, le colonel Ba a révélé que 9.146 hectares sont reboisés. 

En 2021, le président Macky Sall a classé 9 nouvelles forêts. Les régions de Matam, Tambacounda, Sédhiou et Kolda sont concernées, soit un total de 84.726 hectares de forêts classées. Dans un entretien qu’il a nous accordé, le Colonel Major Baïdy Ba, Directeur des eaux et forêts, chasses et de la conservation des sols, a indiqué que le Sénégal dispose de 8.068.160 hectares de forêts denses. A cela s’ajoutent 5.072.000 hectares, mais dans d’autres terres boisées. « Il s’agit des savanes arbustives et arborées. Elles se trouvent dans les régions de Louga, Matam et Saint-Louis. Ces types de végétations sont appelés autres terres boisées », a insisté le colonel Ba. Cependant le Sénégal compte 13.140.000 hectares de forêts dont 5.954.473 ha sont qualifiées de forêts classées.

En faisant le point sur le classement, le Directeur des eaux et forêts a informé qu’en 1968, le Sénégal était à 168 forêts classées. « Les premières forêts classées ont été faites durant l’époque coloniale. La première opération de classement date de 1913, avec la forêt classée de Richard Toll. Après les indépendances, 5 nouvelles forêts se sont ajoutées, notamment en 1968. Mais depuis lors, aucune forêt n’a été classée au Sénégal. C’est en 2021, que le président de la République a pris la décision de classer 9 nouvelles forêts », a expliqué Baïdy Ba. Selon lui, le classement donne à la forêt un nouveau statut avec des critères d’accès et de protection. « Quand la forêt est classée, il y a une surveillance accrue et les agents des eaux et forêts maitrisent les feux de brousse et autres phénomènes. L’accès à la forêt classée est réglementé suivant les critères édictés dans le code forestier », a expliqué le patron de la conservation des sols.

Malgré le classement de la forêt, les populations ont le droit de faire le pâturage et de récolter des produits forestiers. Au Sénégal, les populations ne sont pas habituées au classement des forêts. Cependant, elles ont adhéré au dernier classement. Les collectivités territoriales ciblées par le classement avaient favorablement accueilli ces propositions. « Elles sont les premières à défendre et à protéger les forêts classées parce que celles-ci contribuent au développement économique et social des localités environnantes », a-t-il soutenu.

Le colonel Baïdy Ba a rappelé que 93 forêts sont aménagées sur une superficie de 1.490.655 hectares. « Ces forêts aménagées sont dans les régions de Tambacounda, Kolda, Sédhiou, Ziguinchor, Fatick et Kaolack », a-t-il souligné. La gestion de ces forêts revient aux services des Eaux et Forêts, en relation avec les collectivités territoriales, les populations avec les communautés inter-villageoises. Ce qui fait dire à Baïdy Ba : « Notre domaine d’intervention est vaste. Nous faisons un travail d’inventaire, d’aménagements forestiers, nous sommes engagés dans la lutte contre les feux de brousse, entre autres ».

Eugène KALY 

Voir Aussi

Afrique du Sud : Zuma en passe d’être expulsé de l’ANC

L’ancien président sud-africain Jacob Zuma devrait faire l’objet d’une audience disciplinaire du Congrès national africain …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *