Retrait du contingent allemand de la Minusma : les éclairages de l’ambassadeur Dietrich Pohl

Lors d’une conférence de presse vendredi dernier, l’ambassadeur d’Allemagne au Mali, Dietrich Pohl, a expliqué la décision du retrait du contingent de son pays au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) prévu en mai 2024. 

Le diplomate allemand a réitéré la volonté de son pays à accompagner le Mali dans son développement
 D’après lui, cette décision ne veut pas dire que son pays va tourner le dos aux Nations unies ni au Mali. «Pendant ce temps, on va discuter sur comment soutenir la Minusma dans son important travail», a indiqué le diplomate allemand, ajoutant que son pays va certainement continuer avec les appuis financiers. Il a aussi assuré que l’Allemagne restera un grand partenaire du fonds fiduciaire de la Minusma.
Dietrich Pohl est revenu sur  les engagements de son pays au sein de la Minusma . «Dès le commencement, nous ne sommes pas venus avec un contingent militaire pour rester au Mali pour toujours. C’est un travail qui doit, à un moment donné, être achevé. Dans ce sens, ces 10 ans d’engagement sont beaucoup déjà», a-t-il déclaré. 
Dietrich Pohl a tout de même assuré que le partenariat avec le Mali va se poursuivre. «L’Allemagne est prête à continuer à accompagner le Mali dans son développement », a-t-il soutenu.
Pour le diplomate allemand, il faut agir sur beaucoup de plans pour parvenir à  lutter contre le terrorisme et l’instabilité. «Il ne s’agit pas juste d’aller sur le champ pour tuer des terroristes, mais pour atténuer les souffrances des populations. Je pense que c’est cela qui compte. Et on est fortement engagé dans ce sens», a fait savoir Dietrich Pohl. 
Le diplomate allemand  dira que son pays a bien compris que le début de 2024 marque une phase extrêmement importante pour le Mali avec des élections démocratiques et transparentes qui vont marquer le retour à l’ordre constitutionnel. «C’est le moment où le pays a besoin de l’accompagnement de ses partenaires et de ses amis. C’est pour cela que le gouvernement allemand a voulu s’engager jusqu’à ce point et au-delà pour bien accompagner ce moment », a-t-il indiqué.
 Dietrich Pohl a tenu à préciser qu’entre le Mali et l’Allemagne, il n’y a vraiment pas de mésentente et de zones d’obscurité. Se prononçant sur la décision d’interdiction des activités des ONG sur financement de la France par notre pays, Dietrich Pohl a espéré qu’à un moment donné, «on pourrait trouver les bonnes voies de dialogue et d’apaisement qui profiteraient à tout le monde». 

Voir Aussi

Présidentielle 2024 : vers une révision exceptionnelle des listes électorales au Sénégal

Une révision exceptionnelle des listes électorales aura lieu en prélude à l’élection présidentielle de 2024, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
8 × 3 =