Somalie : au moins 11 soldats tués dans un nouvel attentat des shebab

Onze soldats ont été tués dans une attaque contre un camp militaire, attaque revendiquée par les islamistes radicaux Shebab, au lendemain de l’annonce par le gouvernement de la reprise d’une ville stratégique.

« Les jihadistes ont d’abord fait exploser un véhicule chargé d’explosifs, puis ont attaqué un camp militaire à Hawadley« , à environ 60 kms au nord de la capitale Mogadiscio, a annoncé Mohamed Osman, commandant d’une milice locale alliée du pouvoir.

Onze membres de l’armée, dont un commandant, sont morts et « des dizaines de terroristes ont été tués », a-t-il ajouté.

L’attaque a été revendiquée par les Shebab, groupe affilié à Al-Qaïda.

Les Shebab combattent depuis 2007 le gouvernement fédéral soutenu par la communauté internationale. Chassés des principales villes du pays en 2011-2012, ils restent solidement implantés dans de vastes zones rurales.

La président Hassan Cheikh Mohamoud, revenu au pouvoir en mai 2022, a promis une « guerre totale » contre le groupe islamiste, et récemment qualifié ses membres de « punaises de lit ». 

Il a envoyé en septembre l’armée – dont des forces spéciales – soutenir des milices locales, connues sous le nom de « macawisley », qui se sont révoltées contre les Shebab.

Union Africaine en Somalie

Cette offensive, appuyée par la force de l’Union africaine en Somalie (Atmis) et des frappes aériennes américaines, a permis de reconquérir de vastes territoires de deux Etats du centre du pays, l’Hirshabelle et le Galmudug.

L’armée somalienne a repris lundi Harardhere, ville portuaire jugée « stratégique » par les autorités située à environ 500 kms au nord de la capitale, contrôlée depuis 2010 par les Shebab.

Deux jours plus tôt, huit personnes avaient été tuées dans un attentat à la voiture piégée, toujours revendiqué par les islamistes Shebab. 

L’attaque s’est produite le 14 janvier à Buloburde, une ville de la province de Hiran, où les forces gouvernementales et des clans locaux combattent les insurgés liés à Al-Qaïda depuis début juillet.

Le 29 octobre, deux voitures piégées ont également explosé à quelques minutes d’intervalle dans la capitale Mogadiscio, tuant 121 personnes et en blessant 333 autres, dans l’attaque la plus meurtrière depuis cinq ans dans ce pays de la Corne de l’Afrique.

Voir Aussi

Présidentielle 2024 : vers une révision exceptionnelle des listes électorales au Sénégal

Une révision exceptionnelle des listes électorales aura lieu en prélude à l’élection présidentielle de 2024, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
26 × 26 =