Mosquées : grâce au solaire le Maroc réduira 40% de la facture énergétique

Le développement énergétique du Maroc n’a pas de frein au Royaume ces dernières années. Il est si important que la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leila Benali, en a tenu à s’en expliquer. Aussi dans une réponse à une question écrite du groupe du mouvement populaire (MP) à la Chambre des représentants elle a étayé son programme par des exemples concrets tout en faisant la part belle à l’allégement de la facture énergétique. 

C’est ainsi donc que dans le cadre de la restructuration du cadre institutionnel du secteur, le conseil d’administration de la Société d’ingénierie énergétique (SIE) sur l’énergie services, note que la cette dernière s’emploie actuellement à accompagner les partenaires, notamment du secteur Général dans la préparation, la mise en œuvre et le suivi de leurs projets d’efficacité énergétique.

Le principal objectif étant un avenir durable. Le Maroc, s’étant fixé à cette fin de produire 52% de sa production d’énergie par le biais du développement durable à l’horizon 2030. Leïla Benali, ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, a confirmé que depuis la création de la SIE en 2010, celle-ci agit comme un bras financier de l’État dans les secteurs des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, l’élaboration et le financement de programmes nationaux et la réalisation de projets d’énergie propre.

La ministre a révélé que l’entreprise tenait à cristalliser cette nouvelle approche dans tous ses projets et programmes, puisque 3 000 mosquées seront alimentées en énergie solaire pour assurer une économie de 40% de la facture énergétique, avec l’implication de très petits entrepreneurs (TPE), ajoutant qu’une convention avait été signée entre le ministère des Habous et des affaires islamiques, le ministère de l’économie et des finances, son département le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable et la SIE pour mettre en œuvre ce programme dans toutes les régions du Royaume.

Et la responsable gouvernementale a enregistré que dans ce contexte et un souci d’efficacité énergétique au niveau de la Fondation Mosquée Hassan II et dans le juste esprit d’amélioration de la performance énergétique, un contrat a été conclu avec une société privée de services énergétiques. Le paraphe s’étend sur 10 ans et garantit 40% d’économie sur la facture énergétique. Cerise sur le gâteau, la réhabilitation énergétique de 35 centres sociaux, au niveau de la région Rabat-Salé-Kenitra, l’objectif étant également d’atteindre 40% comme économie énergétique.

Le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufik, a annoncé pour sa part que le programme de réhabilitation énergétique des mosquées, qui est mis en œuvre en application d’un accord-cadre signé en 2014 entre le ministère des Habous et des affaires islamiques et le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable, a permis d’équiper 6048 mosquées de différentes régions du Royaume en équipements d’efficacité énergétique pour un montant total de 97 millions de dirhams, indiquant que des études sont en cours dans le cadre de ce programme pour équiper 1980 mosquées supplémentaires avant fin 2023.

Par ailleurs, Benali a évoqué la réhabilitation énergétique de l’éclairage public au niveau de la ville de Marrakech avec des investissements privés, à travers la conclusion d’un contrat d’amélioration de la performance énergétique avec une société privée de services énergétiques. Elle a souligné que ce projet a permis la création de 200 emplois, en plus de l’installation de dizaines de milliers de lampadaires.

Afin d’assurer la mise à disposition des financements nécessaires, notamment pour les petites et moyennes entreprises et les entreprises privées de services énergétiques, la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable a confirmé que la SIE a mis en place le principe de l’assurance et de la garantie dans le seul but d’atteindre ces objectifs énergétiques. La SIE ayant œuvré selon Benali, à la recherche d’autres sources de financement, ce qui lui a permis d’obtenir un appui de la Banque Africaine de Développement (BAD) un montant de 965 000 dollars afin d’activer son rôle d’entreprise publique de service énergétique pour fournir et améliorer l’efficacité énergétique au Maroc, en plus d’obtenir un soutien d’un montant de 765 000 dollars du Fonds britannique « Rapid Response Facility-UK ».

La SIE, a ajouté la ministre, a également entamé les démarches pour son agrément par le Fonds vert pour le climat en tant qu’agence exécutive de ce fonds dans le domaine de l’efficacité énergétique au niveau national. Ces projets étant labellisés par l’entreprise, notamment en mobilisant des fonds privés tant au niveau national qu’international. La société travaillant en cela à l’élaboration de nouveaux modèles de contrats d’efficacité énergétique compatibles avec divers secteurs.

Par ailleurs Leila Benali a révélé que dans le cadre de l’appui à la coopération Sud-Sud dans le domaine des services énergétiques, et en partenariat avec la BAD, un consortium d’entreprises de services énergétiques est en cours de constitution en Afrique, qui permettra de renforcer la coopération entre les pays dans le domaine des services énergétiques en soutenant son développement.

La ministre de la Transition énergétique et du Développement durable a conclu que son département est actuellement engagé dans l’élaboration du cadre institutionnel lié au secteur de l’efficacité énergétique, dans le but de prendre en compte les recommandations du nouveau modèle de développement (NMD) avec une orientation précise de la définition des tâches de toutes les institutions concernées.


Voir Aussi

Présidentielle 2024 : vers une révision exceptionnelle des listes électorales au Sénégal

Une révision exceptionnelle des listes électorales aura lieu en prélude à l’élection présidentielle de 2024, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
27 + 6 =